dimanche 19 mai 2013

LA PESTE (Film de Luis PUENZO - 1992)

[Rerédaction d'un article publié en août 2008]


Date de sortie : 26 Août 1992 Film franco-argentino-britannique réalisé par Luis Puenzo.

Film français, argentin, britannique. Genre : Drame
Durée : 2h 26min. Année de production : 1992

Distribution :

  • Docteur Bernard Rieux : William Hurt
  • Martine Rambert : Sandrine Bonnaire
  • Jean Tarrou : Jean-Marc Barr
  • Joseph Grand : Robert Duvall
  • Cottard : Raul Julia
  • Emma Rieux : China Zorrilla
  • Teresa : Fabiana Uria
  • Sara : Lidia Catalano
  • Hoese :  Peter McFarlane
  • Felipe : Bruno Chmelik


Scénariste Luis Puenzo  d'après l'oeuvre de Albert Camus
Directeur de la photographie Felix Monti
Musique : Vangelis (non crédité)

 Distribution Gaumont, France

Synopsis 

Le film est une adaptation très libre du chef d'oeuvre d'Albert Camus, "La peste". Le scénario a été écrit par Luis Puenzo, qui est aussi le réalisateur du film.

Le roman, publié en 1947, se déroule à Oran. Il raconte la vie quotidienne des habitants pendant une épidémie de peste qui frappe la ville et la coupe du monde extérieur. En réalité, ce livre est une allégorie de l'idéologie nazie qui, comme le font les rats dans le roman, envahit l'Europe. La portée du livre va bien au-delà : à travers lui, Camus dénonçait tous les régimes politiques totalitaires qui, sous prétexte d'instaurer la sécurité pour le plus grand nombre, font régner la terreur sur les populations civiles et persécutent les partisans de la liberté. Grâce à ce roman qui eut un retentissement mondial, et reste le livre le plus lu de Camus, l'auteur, qui avait 44 ans seulement à l'époque, s'est vu décerner, en 1957, le Prix Nobel de littérature.

[10/07/2016 : J'ai modifié ce chapitre après qu'un correspondant, malheureusement anonyme, m'ait fait remarquer que le roman, publié en 1947, n'avait pu être inspiré, comme je l'avais précédemment écrit en me basant sur des critiques de ce film, par la guerre d'Algérie, qui ne commença, du moins officiellement, que le 1er novembre 1954 avec les premiers attentats commis par le FLN mais les mouvements nationalistes et la répression de l'armée française avaient commencé bien plus tôt avec, entre autres, les massacres de Sétif et de Guelma qui firent plus de 1000 morts parmi les algériens en mai 1945 qui ne purent pas le laisser indifférent, lui qui était déjà engagé politiquement (au moins depuis 1935) et qui luttait pour la réconciliation entre Algériens et Français. Bien entendu, La peste reste une oeuvre de fiction qui ne peut cependant pas être déconnectée des événements dramatiques que connut sans discontinuer l'Algérie depuis les débuts de la colonisation française et la prise d'Alger en 1830]

Le film  

Pour bien marquer l'universalité du roman, le réalisateur a transposé son action dans un port non identifié d'Amérique latine touché par une épidémie de peste. Pour lutter contre cette catastrophe, les autorités instaurent la loi martiale. En visite dans le pays, deux journalistes français, Jean Tarrou (Jean-Marc Barr)  et Martine Rambert (Sandrine Bonnaire), sont pris au piège et réagissent selon leur propre sensibilité (doivent-ils s'enfuir pendant qu'il en est encore temps, ou rester sur place et faire leur travail de journalistes ?, question qui est hélas, toujours d'actualité de nos jours). Leurs comportements se modifieront au terme d'une course contre la montre (et contre la mort) éprouvante.

Mon opinion

Comme je l'ai dit plus haut, le film est une adaptation très libre du roman. Il se déroule sous une dictature de type militaire non identifiée dans laquelle on pourra reconnaître au choix l'Argentine de Videla ou le Chili de Pinochet mais aussi toutes les dictatures, quelles qu'elles soient, situées en Occident ou en Orient, de droite comme de gauche, avec le même arbitraire, la même cruauté, les mêmes camps, les règlements absurdes, "ubuesques" (au sens littéral du terme, le père Ubu étant la caricature de tous les autocrates du monde, qu'ils aient pour nom Staline, Mussolini, Hitler ou Pol Pot), leur inhumanité. 

Bizarrement, cette volonté délibérée du réalisateur de transposer le thème, pourtant universel, du roman, que n'aurait certainement pas renié l'auteur, n'a pas été comprise par la critique qui y a vu une "trahison" de l'oeuvre de Camus. Au contraire, j'ai personnellement d'autant plus apprécié cette transposition géographique (le film se déroule en Amérique du sud et non en Algérie) accentuée par les anachronismes glissés ici ou là dans le film par le réalisateur (téléphones portables, etc.) car j'ai trouvé qu'en faisant ce choix, Puenzo avait au contraire amplifié la dimension intemporelle et universelle du livre. Il pose aussi la bonne question, celle qui est au centre du roman mais aussi de toute l'œuvre de Camus et qu'il s'est d'ailleurs posée lui-même tout au long de sa vie : "Comment, moi, citoyen ordinaire, réagirais-je devant une situation extrême ? Quelle position prendrais-je ? Serais-je un héros ? Serais-je un lâche ?", question que nous devrions nous-mêmes nous poser à chaque moment de notre existence ou, en tout cas, à chaque fois que nous devons prendre une décision importante qui engagera l'avenir, non seulement le nôtre, mais celui de nos proches et parfois même de l'humanité. 

Je trouve donc, à la différence de ce que j'ai lu ici ou là, que Luis Puenzo n'a pas démérité en adaptant La peste comme il l'a fait, bien au contraire puisqu'il en a respecté le texte (les répliques du film sont intégralement celles des personnages du livre) mais aussi, ce qui était, à mon avis, le plus difficile, l'esprit. 

J'ai aussi beaucoup aimé l'interprétation sensible et humaine de Jean-Marc Barr, qui est un acteur que j'aime beaucoup et que je trouve sous-employé car, depuis Le grand bleu, il n'a pas eu de rôle à la hauteur de son talent. Il donne à son personnage, hésitant entre le bien et le mal, entre ce que ses convictions lui dictent et ce besoin animal (et naturel) de sauver sa peau, une grande justesse. Quant à Sandrine Bonnaire, d'autant plus exposée à l'arbitraire et à la cruauté qu'elle est une femme, son jeu, où elle sait montrer à la fois la peur et la détermination, m'ont épaté. 

J'ai aussi beaucoup aimé la bande son de ce film, en particulier un morceau, que j'ai mis des années à identifier et à retrouver car, curieusement, il n'avait jamais été enregistré et n'a été disponible que de nombreuses années après la sortie du film. Il s'agit de la musique qui illustre la procession religieuse accompagnant les victimes de la peste. J'ai longtemps pensé qu'il pouvait s'agir d'un extrait d'une œuvre religieuse classique. En réalité, c'est une oeuvre originale, composée pour le film par le grand musicien grec Vangelis (qui n'est même pas crédité au générique !) A ma connaissance, le seul enregistrement se trouve sur un album collector sorti à l'occasion de l'an 2000 qui s'intitule "Reprise 1990-1999" (CD EastWest 3984298282). Ce disque, comme titre l'indique, rassemble les principales musiques de films écrites par cet immense musicien pendant la décennie ayant précédé le changement de millénaire. Le morceau que l'on entend dans le film s'intitule "Psalmus ode" et  il est interprété par un jeune soliste anglais du nom de Jeremy Budd. Autre curiosité, ce film n'est jamais sorti en DVD, du moins en France et je le recherche depuis de nombreuses années.

Si vous avez aimé ce film, je vous conseille :

2 commentaires:

  1. le roman ne peut être inspiré par la guerre d'Algerie, pour la simple raison qu'il a été publié en 1947 alors que la guerre d'Algérie ne débuta qu' en 1954; et plus exactement le 1er novembre 1954.

    RépondreSupprimer
  2. Tu as tout à fait raison, correspondant anonyme. J'ai supprimé ce paragraphe car en effet, le livre n'a pu être inspiré par la guerre d'Algérie. J'ai cependant ajouté un paragraphe entre crochets car, si la guerre d'indépendance proprement dite, n'a commencé qu'en 1954, la contestation avec des épisodes violents et des répressions sanglantes, n'a jamais cessé depuis la prise d'Alger par l'armée française en 1830.

    RépondreSupprimer

Vos commentaires, chers lecteurs, seront les bienvenus. Ils ne seront toutefois publiés qu'après modération et seront systématiquement supprimés s'ils comportent des termes injurieux, dans le cas de racisme, de caractère violent ou pornographique. Si vous souhaitez une réponse, n'envoyez pas un message anonyme mais laissez un nom ou un pseudo auquel je puisse vous contacter.