vendredi 17 mai 2013

MY NAME IS HALLAM FOE (GB-2007)

[Rerédaction d'un article publié en août 2008]


My name is Hallam Foe comédie de David MacKenzie (2007)

Le héros de ce film est Jamie Bell, l’extraordinaire acteur qui joue le rôle de Billy Elliott. Le "petit Billy" a bien grandi mais il est toujours aussi talentueux.

Résumé

L'histoire se déroule en Ecosse, dans la région de Glasgow. Hallam est un adolescent de 17 ans qui ne s'est pas remis de la mort de sa mère (elle se serait suicidée en se noyant dans le loch sur les bords duquel est bâtie la maison familiale - quelques très belles images). Il a déserté sa chambre et vit dans la cabane qu'il s'est construite dans les arbres, continuant à jouer à des jeux stupides qui sont plutôt ceux d'un gamin de 11 ans que d'un ado de 17. C'est, au fond, le syndrome bien connu de "Peter Pan, l'enfant qui refuse de grandir" (voir à ce sujet le très beau film : Neverland).

Hallam n'accepte surtout pas que son père ait pu refaire sa vie avec Verity, sa belle-mère, qu'il déteste et qu'il croit coupable du meurtre de sa mère.

Après une énième et violente dispute avec son père à propos de sa belle-mère, Hallam quitte la maison familiale en emportant avec lui juste les vêtements qu'il a sur le dos. Il arrive, sans argent et sans bagages, à Edimbourg, où il ne connaît personne. A son arrivée, il rencontre Kate (Sophia Myles), qui est la gouvernante d'un hôtel huppé, le Balmoral Hotel. Elle lui procure un travail subalterne à l’hôtel. Mais, comme Kate ressemble à sa mère défunte, Hallam fait une fixation sur elle, espionnant ses faits et gestes à la jumelle depuis les toits. Alors qu’elle est dans sa chambre, Hallam assiste, meurtri, aux ébats amoureux de Kate avec l’un de ses collègues de travail à l’hôtel, Alasdair (Jamie Sives). Le lendemain, après une scène qu'il fait à Kate au sujet de cette relation, Alasdair, qui est son supérieur à l’hôtel, le licencie. Mais Hallam menace Alasdair, qui est marié, de révéler sa relation adultérine à sa femme et, non seulement Alasdair cède mais il le nomme à un grade supérieur à celui qu'il occupait.

Le jour du 18ème anniversaire d'Hallam,  Kate, qui l'aime bien mais ne se doute pas qu'il est fou amoureux d'elle, l’invite à passer la soirée dans son appartement. L'alcool aidant, elle lui fait des avances, mais Hallam, mis au pied du mur, est gêné et refuse de passer à l'acte. Dans une scène très touchante, ils finissent par passer la nuit dans le même lit, mais comme frères et sœurs.

Hallam propose ensuite un rendez-vous à Kate mais celle-ci, qui le considère comme un gamin, refuse et elle continue à voit Alasdair. Un jour, alors qu’Hallam les espionne, il surprend une dispute entre Kate et son amant, celui-ci usant de violence envers elle. Passant par les toits, il débarque dans l'appartement de Kate. Elle comprend alors qu’Hallam l’espionne depuis un certain temps. Elle chasse cependant Alasdair et exige des explications d’Hallam qui l’attendrit en lui racontant l’histoire de la mort de sa mère et ils finissent, cette fois, par coucher ensemble.

Hallam, dont les soupçons envers sa belle-mère confinent à l’obsession, a cependant porté plainte contre Verity auprès de la police d’Edimbourg qui a diligenté une enquête et le convoque comme témoin. Après la confrontation, son père et sa belle-mère, furieux, viennent lui demander des comptes et le ramènent avec eux.

Lors de son retour à la maison, véritablement obsédé par la culpabilité de sa belle-mère, Hallam tente de la noyer dans le loch où sa mère est morte. Son père, qui n’avait jamais pu jusque là lui dire la vérité lui révèle enfin les circonstances réelles qui ont conduit au décès de sa première épouse : son suicide. Hallam est dévasté par cette révélation. 

Mon opinion sur ce film   

Remarquable comédie douce-amère aux tonalités très British, mais aux accents frais et justes. Dans ce rôle difficile, Jamie Bell se montre aussi brillant qu'il l'avait été dans Billy Elliot. en incarnant cette fois un adolescent qui refuse de voir la réalité et se crée un monde imaginaire, tourmenté par sa sexualité naissante et en recherche de tendresse. La scène de l'échange d'injures entre lui et Kate est inénarrable d'humour et de drôlerie et doit être impérativement regardée dans la langue originale au risque de perdre toute saveur.

Ma note : 4/5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vos commentaires, chers lecteurs, seront les bienvenus. Ils ne seront toutefois publiés qu'après modération et seront systématiquement supprimés s'ils comportent des termes injurieux, dans le cas de racisme, de caractère violent ou pornographique. Si vous souhaitez une réponse, n'envoyez pas un message anonyme mais laissez un nom ou un pseudo auquel je puisse vous contacter.