dimanche 19 janvier 2020

MARTIN EDEN film dramatique de Pietro MARCELLO (IT 2019)



Film vu dans le cadre du Festival Télerama

Martin Eden est un film italien, réalisé par Pietro Marcello, sorti en 2019. Il s’agit d’une (très) libre adaptation du livre du même nom de l’écrivain américain Jack London, publié en 1909.  

Présentation

A la différence du livre en partie autobiographique écrit par Jack London qui se déroule aux Etats-Unis, au début du XXe siècle. Le film de Pietro Mercello se passe dans une Italie qui sort à peine de la 2nde Guerre mondiale, et qu’on pourrait placer, même si ce n’est pas clairement indiqué par le réalisateur, dans les années 60 à 70.

Le film commence sur un port. Comme dans le livre, Martin Eden (incarné par Luca Marinelli) soustrait un jeune homme inconnu des griffes de son tortionnaire. Pour le remercier, le jeune homme, Arturo Orsini, le présente à sa famille et l’invite à déjeuner. Martin, qui est marin depuis l’âge de 11 ans et n’a reçu aucune éducation, est ébloui par la richesse des Orsini et tombe immédiatement sous le charme d’Elena (Jessica Cressy), la sœur d’Arturo, une jeune fille qui suit une formation aux Beaux-Arts. En attendant le repas, il feuillette un livre de Baudelaire et lui dit gauchement aimer la poésie et vouloir écrire. Elena lui conseille d’abord de reprendre une formation ce qu’il fait, en partie pour lui complaire mais aussi par volonté de se sortir de sa condition.

Après des années de galère, de refus d’éditeurs qu’il a sollicités sans succès, son talent finit par être reconnu et il devient célèbre.

Entre temps, pensant qu’Elena est trop bien pour lui, il a épousé Margherita (Denise Sardisco), une femme du peuple comme lui. Mais il n’a pas oublié Elena.

Mon opinion

J’avais lu le classique de Jack London et je m'attendais à un film en anglais se déroulant aux Etats-Unis. J'ai donc été quelque peu surpris de découvrir un film italien qui se déroule dans l’Italie d’après-guerre. 

Luca Marinelli, qui joue le rôle de Martin Eden, est magnifique et fait penser, par sa carrure, sa gaucherie et son côté sauvage, au Gérard Depardieu des débuts. 

Comme dans la version de La peste de Luis Puenzo, film incompris que, personnellement j’ai adoré, tout est fait par le réalisateur pour nous dérouter. Où se passe réellement l’action ? A Naples, à Gênes ou à Rome ? Et surtout quand ? Les superbes images, qui mêlent images d’archives en sépia et images contemporaines évoquant le noir et blanc colorisé, désarçonnent le spectateur qui ne sait pas où situer le film ni dans le temps ni dans l'espace. On y voit une 4L Renault (sorti en 1961) et une DS Citroën (sortie elle en 1955), on y parle d’une guerre à venir (alors que le film semble se dérouler après la libération de l’Italie (25 avril 1945).... Il y a aussi cet incroyable contraste entre le mode de vie des riches (dont fait partie la famille Orsini, bien qu’elle se veuille « progressiste ») et celle des pauvres… 

C’est un grand et beau film, aussi bien esthétiquement que pour les sentiments qu’il véhicule. La philosophie défendue par Martin Eden, heurtée, intransigeante, contradictoire évoque celle de Pasolini marquée par son engagement à gauche, mais critique acerbe des institutions et des partis qui l'ont poursuivi de leur vindicte jusqu'à (peut-être ?) le faire assassiner [Voir à ce sujet L'affaire Pasolini]. C’est en tout cas un film que je ne suis pas prêt d’oublier.

vendredi 17 janvier 2020

LES FILLES DU DR MARCH film de Greta GERWIG (USA-2020)



Les Filles du docteur March est un film dramatique américain écrit et réalisé par Greta Gerwig, sorti en 2020. Il s'agit de la plus récente adaptation du roman Les Quatre Filles du docteur March (Titre original : Little Women) et de sa suite, Le Dr March marie ses filles, de Louisa May Alcott, paru en 1868.

Résumé

L’action commence en Nouvelle-Angleterre en 1861. On est alors en pleine guerre de Sécession. Le Dr. March est parti pour servir d’aumônier sur le front et sa femme est restée seule à Concord (Massachussets) pour s’occuper de ses quatre fille, Joséphine « Jo » (Saoirse Ronan), Margaret « Meg » (Emma Watson), Amy (Florence Pugh) et Elizabeth « Beth » (Eliza Scanlen).
Lors d’une soirée, les deux aînées, Jo et Meg, rencontrent Laurie (Timothée Chalamet), le petit-fils de M. Laurence, leur riche voisin.

Le matin de Noël, Mme March (Laura Dern) persuade ses enfants d'aller offrir leur petit-déjeuner à leur voisine très pauvre Mme Hummel, qui vit dans une masure de planches glaciale avec ses jeunes enfants.

Quand elles rentrent chez elles, elles sont surprises de voir que, pendant leur absence, leur table s’est couverte de victuailles. Elles ont été offertes par M. Laurence dont le petit-fils a vu ce qu’avait fait la famille March pour leur pauvre voisine.

Le même jour, les March reçoivent une lettre de leur père.

On suit ensuite la vie des filles March dont chacune caresse l’idée d’être une écrivaine, pour Jo, un peintre pour Amy et une pianiste pour Beth.

A part Beth, dont la faible constitution ne lui permettra pas de parvenir à l’âge adulte, les filles March finiront toutes par se marier, Meg, au désespoir de tante March (Meryl Streep), qui aurait voulu lui voir épouser un « beau parti », épousant un précepteur, Jonathan « John » Brooke (James Norton), Amy, Laurie, le petit fils de M. Laurence, amoureux éconduit de Jo. Jo, devenue écrivaine célèbre, après avoir longtemps hésité, finira par épouser le Pr. Friedrich Bhaer (Louis Garrel).

Après la mort de Tante March, qui lègue à Jo son immense maison, toutes les sœurs se retrouveront pour fonder une école mixte.

Mon opinion

Sur le plan de l’esthétique, le film est superbe et on ne peut que se laisser porter par la photo de Yorick Le Saux, un français (certaines images évoquent les plus belles scènes de Barry Lyndon), par sa gaieté, par sa magnifique distribution, par ses beaux paysages, par ses somptueux costumes (de Jacqueline Durran) et décors.

Je n’en dirai pas autant sur le plan du scénario, confus même pour ceux qui connaissent le grand classique de Louisa May Alcott, défaut amplifié par un montage désordonné avec pléthore de « flashbacks » dont on ne sait s’ils appartiennent au rêve ou aux souvenirs et s’immiscent sans prévenir dans la réalité. Cela rend difficile, pour le spectateur, la compréhension de l’action.

Sinon, ne boudons pas notre plaisir : ce film, porté par un florilège de morceaux classiques choisis et arrangés par Alexandre Desplat, est un enchantement.

dimanche 12 janvier 2020

PLAY comédie d'Anthony MARCIANO (FR-BE 2020)




Play est un film franco-belge réalisé par Anthony Marciano, sorti en 2019.

Résumé

1993 : Pour ses 13 ans, Max (Max 13-15 ans : Mathias Barthélémy) reçoit de ses parents (Alain Chabat et Noémie Lvovsky) un caméscope avec lequel il ne va pas cesser de filmer
Dès lors, il va filmer toutes ses aventures (soirées entre amis, fête de la musique, finale de la Coupe du monde de football de 1998…) mais également les coups durs (divorce, décès, tempête de 1999…), passage à l’an 2000.

On le voit donc traverser toutes ces périodes avec ses trois inséparables potes, Emma (Alice Isaaz), Mathias (Malik Zidi) et Arnaud (Arthur Périer).

20 ans plus tard, Max (Max Boublil), en vidant la maison après la mort de sa mère, retrouve toutes les cassettes et s’en sert pour monter le « film de sa vie ».
La bande son est composée de toutes les musiques emblématiques des différentes époques (de 1990 à 2010).

Mon opinion

Loin de n’être qu’une comédie potache, ce film saura aussi nous émouvoir par la nostalgie qu'il véhicule, et rappellera à chacun sa jeunesse, ses rêves enfuis ou réalisés, et pourrait être un biopic de Max Boublil. On croit réentendre le fameux succès de Patrick Bruel, La place des grands hommes, chanson qui aurait pu servir de générique au film.   

jeudi 9 janvier 2020

LES ENGAGES Web-série dramatique (FR 2017-2020)



Les Engagés est une web-série française créée et écrite par Sullivan Le Postec. La première saison est co-réalisée par Jules Thénier et Maxime Potherat, la deuxième par Slimane-Baptiste Berhoun.
La série est coproduite par Astharté & Compagnie et France Télévisions Nouvelles Écritures, et diffusée à l’origine sur la plateforme Studio 4 à partir du 17 mai 2017. Depuis la refonte de l’offre numérique de France Télévisions, Les Engagés est reprise sur France.tv Slash.

Présentation

Les Engagés se situe dans le milieu gay et LGBT lyonnais et, à travers la vie quotidienne de ses personnages, immerge le spectateur dans le quotidien de militants de la cause LGBT au travers du « Point G », une association fictive des droits des homosexuels, dont les bureaux-lieu de rencontre sont situés à la Croix Rousse (Lyon).

Les personnages

  • Hicham Alaoui (Mehdi Meskar) : Au début, Hicham qui vit encore chez ses parents, leur cache son attirance pour les garçons mais n’est jamais passé à l’acte. N’en pouvant plus de cette situation, il décide soudain de partir pour Lyon à la rencontre de Thibaut qui avait essayé de l’embrasser des années plus tôt et qu’il n’a pas revu depuis. Hicham se retrouve bientôt au cœur des luttes politiques du Point G, en même temps qu’il cherche à assumer son homosexualité…
  • Thibaut Giaccherini (Éric Pucheu) : Thibault a 28 ans et est libraire. Charismatique et charmeur, Il s’est imposé comme l’un des piliers de l’association, même s’il refuse de franchir un dernier cap et d'en briguer la présidence. Personne ne sait rien de sa vie d’avant et des raisons qui l’ont poussé vers le militantisme. Sa routine est perturbée par Hicham, qui va le mettre face à ses contradictions et le forcer à avancer…
  •  Elijah Vandewalle (Adrián de la Vega) : Elijah apparaît en saison 2, lorsque son regard croise celui d’Hicham dans un bar LGBT de Lyon.
  •  Claude Favre (Denis D’Arcangelo) : soixante-huitard nostalgique, pas revenu de ses rêves de jeunesse, Claude est un mentor pour Thibaut. Farouchement anti-normatif, il n’hésite pas à jouer la « folle » en se travestissant ce qui choque beaucoup Hicham lors de leur première rencontre. En réalité, sous des dehors extravertis, Claude est un être déchiré par son passé.
  •  Nadjet Alaoui (Nanou Harry) est la sœur aînée d’Hicham. Elle souffre de voir son frère disparaître soudainement alors qu’elle pensait avoir une relation de confiance avec lui. Elle est déterminée à le retrouver et finit par le rejoindre à Lyon…
  • Murielle Leko (Claudine Charreyre) : elle est la rédactrice en chef d’une revue féministe militante et dirige le groupe lesbien du Point G, qui se réunit pour des soirées non-mixtes tous les mercredis soirs.
  • Bastien Lijepo (Claudius Pan) : ce jeune gay a été victime d’une violente agression homophobe quelques mois plus tôt. Le Point G prend sa défense afin que son agression soit considérée comme homophobe.
  • Laurent Roussel (Romain Orgerau) : Il est avocat et membre du bureau du Point G. Il défend une vision consensuelle de la place des homosexuels dans la société, ce qui excède des militants comme Thibaut qui sont beaucoup plus intransigeants.
  • Amaury Mercœur (Franck Fargier) : Directeur de cabinet de Fabrice Pasturel, le maire du 2e arrondissement de Lyon, il cache son homosexualité mais finira par rejoindre la cause militante.
  •  Mickaël et Liao (Pierre Cachia et François-Xavier Phan) : ce couple gay fait partie des piliers du Point G, où ils sont venus la première fois pour que l’association les aide à obtenir la régularisation de Liao. Ils sont de fidèles soutiens de Thibaut et Claude.
  • Paul (Pascal Gilbert) : président du Point G au début de la série, il a été élu par défaut, parce que personne ne voulait du poste. Il est complètement dépassé par ses responsabilités, ce qui facilite la tâche de Laurent quand il s’agit de le manipuler.
  • Rose (Anaïs Fabre) : Rose, sympathisante de la cause homosexuelle, tient une chaîne numérique sur laquelle elle relate l’actualité culturelle et militante de la ville.
  • Kenza (Malika Azgag) : Tunisienne réfugiée en France car menacée dans son pays pour avoir créé l'association Noor à la suite de la révolution de 2011, elle risque d’être extradée; 
  • Virginie Tellier (Clémentine Verdier) : maire de gauche du premier arrondissement de Lyon, elle cherche sa place depuis que la Mairie centrale a rejoint la majorité présidentielle. Politique avant tout, elle soutenir la cause homosexuelle du bout des dents.
Mon opinion

On serait tenté de rapprocher cette série des séries anglaises et américaines Queer as folk (version britannique : 1999-2000 ; version américaine : 2000-2005) dont j’avais vu, à l’époque, quelques épisodes. Mais ces séries racontaient le quotidien de gays et non celles de militants de la cause homosexuelle. Elles étaient en outre, comme d’ailleurs la série britannique Skins, assez crues, aussi bien dans leurs propos que dans leurs images, ce qui n’est pas le cas des Engagés, beaucoup plus sage que ses voisines anglo-saxonnes. Le propos est aussi différent puisqu’il n’élude pas les questions de société, de religion et de politique.   

mardi 7 janvier 2020

SKAM FRANCE série francophone pour adolescents (FR-B 2018-2020)



Skam France est l’adaptation francophone de la série originale norvégienne pour adolescents du même nom produite par NRK P3. Le premier clip de la série a été mis en ligne le 22 septembre 2015 et le premier épisode a été diffusé à la télévision le 25 septembre 2015 sur NRK.

En France, cette série a été produite et diffusée sur les plateformes web France.tv Slash et RTBF Auvio, à partir du 11 février 2018 sur La Trois, ainsi que sur France 4 à partir du 25 février 2018.
La quatrième saison est diffusée sur la plateforme web France.tv Slash à partir du 5 avril 2019, à partir du 7 avril 2019 sur La Trois et à partir du 7 avril 2019 sur France 4.

Après de longues négociations, la plateforme France.tv Slash annonce le 12 juin 2019 le renouvellement de Skam France pour une cinquième saison, centrée sur le personnage d’Arthur.

Il a été confirmé en septembre 2019 par France Télévisions qu’une sixième saison sera programmée
Créée par Julie Andem, la série norvégienne Skam (honte en français) suit le quotidien de lycéens avec les problématiques modernes qui leur incombent, dans la veine de la série britannique Skins. Chaque saison concentre son intrigue sur un personnage central (autour duquel gravitent des personnages principaux et d’autres récurrents) et un thème particulier. L’histoire d’Isak Valtersen, personnage central de la saison 3, fait décoller les audiences et porte la série à l'international. La chaine norvégienne NRK P3 répond alors favorablement aux demandes de remakes. En 2017, la France (associée avec la Belgique), puis les États-Unis, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne et les Pays-Bas annoncent la production de leur Skam respectif.

Le 5 février 2018, la première séquence du premier épisode de Skam France/Belgique est diffusée sur France.tv Slash et RTBF Auvio. La diffusion sur La Trois commence le 11 février 2018.

Chaque adaptation étrangère de la série norvégienne originale garde une trame similaire. De même pour les personnages, même si leur nom et quelques détails varient. Ainsi, la première saison de la version franco-belge est centrée sur Emma Borgès (analogue d'Eva Kviig Mohn dans la série norvégienne), la deuxième sur Manon Demissy (analogue de Noora Amalie Sætre) et le cyberharcèlement, la troisième sur Lucas Lallemant (analogue d’Isak Valtersen) et l’homosexualité, le coming out et la bipolarité, et la quatrième sur Imane Bakhellal (analogue de Sana Bakkoush) et la foi (la première saison n’a pas de thème précis mais aborde quelques sujets comme la contraception, la dépression, ou encore l’affirmation de soi).

Tout au long de la semaine, des séquences de deux à huit minutes sont publiées sur Internet, le même jour et à la même heure que dans la fiction (fiction en temps réel), et forment en fin de semaine un épisode complet de 20 minutes en moyenne.

Les téléspectateurs peuvent aussi suivre les personnages à travers leurs comptes Instagram (photos, stories…), qui complètent le récit. Des messages issus de conversations de messagerie instantanée et SMS sont publiés en stories sur le compte Instagram de la série.

Présentation

La série s’attache à suivre le quotidien d’un groupe d’élèves d’un lycée parisien, composé de (pour les personnages principaux) :

  • ·        Emma Borgès (Philippine Stindel) est le personnage central de la saison 1
  • ·        Manon Demissy (Marilyn Lima) est le personnage central de la saison 2.
  • ·        Lucas Lallemant (Axel Auriant) est le personnage central de la saison 3.
  • ·        Imane Bakhellal (Assa Sylla) est le personnage central de la saison 4.
  • ·        Arthur Broussard (Robin Migné) est le personnage central de la saison 5.
  • ·        Daphné Lecomte (Lula Cotton-Frapier)
  • ·        Alexia « Alex » Martineau (Coline Preher)
  • ·        Léo Daudin (Yann Cazas)
  • ·        Alexandre « Alex » Delano (Théo Christine)
  • ·        Charles Munier (Michel Biel)
  • ·        Ingrid Spielman (Zoé Marchal)
  • ·        Eliott Demaury (Maxence Danet-Fauvel)
  • ·        Basile Savary (Paul Scarfoglio)
  • ·        Chloé Farge-Janson (Anne-Sophie Soldaini)

Selon les moments, les adolescents se regroupent par affinités ("crews").
Saison 1 (2018)

La première saison est composée de neuf épisodes et tourne autour d'Emma Borgès (Philippine Stindel) et de sa relation avec Yann Cazas (Léo Daudin).

1.      Seule au monde
2.      Ajouter un ami
3.      Un plan béton
4.      Passage à l’acte
5.      Question de confiance
6.      Conséquences
7.      Quel genre de fille es-tu ?
8.      Girl Power
9.      Tous ensemble

Saison 2 (2018)

La deuxième saison est composée de treize épisodes et tourne autour de Manon Demissy (Marilyn Lima) et de sa relation avec Charles Munier (Michel Biel), ainsi que du cyberharcèlement.

  • 1.      Laisse Daphné tranquille
  • 2.      Et laisse-moi aussi
  • 3.      Se rapprocher
  • 4.      Une nuit d’enfer
  • 5.      Tu penses qu'à toi
  • 6.      Élément perturbateur
  • 7.      Tu jures que tu bouges pas
  • 8.      T'es juste trop naïve
  • 9.      Les jours d'après
  • 10.   Jamais sortir du lit
  • 11.   Menacée
  • 12.   Psychotage
  • 13.   À jamais jeunes

Saison 3 (2019)

La troisième saison est composée de dix épisodes et tourne autour de Lucas Lallemant (Axel Auriant) et de son homosexualité (refoulée au début de la saison et dans les saisons précédentes) après l’arrivée d’un nouvel élève, Eliott Demaury (Maxence Danet-Fauvel) — la bipolarité de ce dernier est révélée et traitée plus tard dans la saison.
  • 1.      Je crois que je suis amoureux
  • 2.      La curiosité
  • 3.      Infiltration
  • 4.      Le garçon qui avait peur du noir
  • 5.      Au même moment à l'autre bout de l'univers
  • 6.      Insomnie
  • 7.      Assumer
  • 8.      Coup de tête
  • 9.      Les gens sont comme ils sont
  • 10.   Minute par minute
Saison 4 (2019)

La saison débute le vendredi 5 avril 2019 et est composée de dix épisodes et concerne d’Imane Bakhellal (Assa Sylla) et la question du rapport à la foi et du racisme. C’est la première fois qu’une série française a pour héroïne une femme noire et musulmane pratiquante.
1.    Je te fais confiance
2.    Juste toi et moi
3.    (Presque) parfait
4.    Un peu seule parfois
5.    Friendzone
6.    La nature humaine
7.    Mauvaise stratégie
8.    Seule
9.    Mes looseuses préférées
10. Le jour de l’Aïd

Saison 5 (2020)

Il est annoncé le 12 juin 2019 que la cinquième saison sera consacrée au personnage d’Arthur Broussard (Robin Migné). Elle traitera de « l'impuissance face à la toxicité des adultes et du handicap invisible ». Dix épisodes sont prévus. La diffusion du premier épisode commencera le 6 janvier 2020.

Une saison 6 est en cours de tournage.   

Mon opinion

Les premiers épisodes ne m’ont pas vraiment accroché car ce n’est qu’une succession d’états d’âmes adolescents qui ne pensent qu’à flirter, à savoir qui couche avec qui (ou est censé le faire…), à picoler (voire plus) et à faire la fête. On se demande quand ces ados vont en cours et quand ils bossent. Quant aux adultes, on ne les voit pas. En outre, tous ces jeunes ne semblent avoir aucun souci financier, ni  d’autres préoccupations que leur petit nombril : tout cela est assez pénible et répétitif. Heureusement que les sujets abordés dans les saisons suivantes sont nettement plus intéressants : homosexualité refoulée puis acceptée, intolérance religieuse, bipolarité… Série sympathique et très sage par rapport à la décapante série britannique Skins à laquelle on la compare un peu hâtivement.  


dimanche 5 janvier 2020

THE GIFTED SAISON 2 (USA 2018-2019)



The Gifted (saison 2)

La série Gifted est une série de Science-Fiction dérivée de la saga X-Men. Les deux premiers épisodes de la saison 2 ont été diffusés samedi 4 janvier 2020 sur Cstar (chaîne 17). Il n’y aura pas de saison 3.

Rappel des épisodes précédents

A la fin de la saison 1, Andy Strucker (Percy Hynes-White), le frère jumeau de Lauren (Natalie Alyn Lynd) avait disparu et ses parents Reed (Stephen Moyer) et Caitlin (Amy Acker), aidés de leurs amis mutants, Marcos (Sean Teale), Clarice (Jamie Chung) et John (Blair Redford) avaient tout fait pour le retrouver.
1)     éMergence (eMergence)
Dans le premier épisode présenté samedi 4 janvier, on apprend que Andy a accompagné de son plein gré Lorna (Emma Dumont), enceinte, pour la protéger. Ils sont tous les deux sous l’influence de Reeva Payge (Grace Byers) qui, avec les trois sœurs Frost (Skyler Samuels), a pris la direction du « Cercle intérieur ».     
2) crise faMiliale (unMoored)
Lauren essaie de retrouver le contact avec son frère Andy.
3) coMplications (coMplications)
4) Mission à haut risque (outMatched)
5) rivalités entre Mutants (afterMath)
6) l'eMpreinte (iMprint)
7) pas de coMpassion (no Mercy)
8) chiMères (the dreaM)
9) changeMent de règles (gaMe changer)
10) l'enneMi de Mon enneMi (eneMy of My eneMy)
11) le trio Maléfique (meMento)
12) divisions Mutantes (hoMe)
13) retourneMents (teMpted)
14) calaMité (calaMity)
15) Monstres (Monsters)
16) Malheureux présages (oMens)

dimanche 29 décembre 2019

LA VERITE film de Hirokazu KORE-EDA (FR-JP 2019)



La Vérité est un film franco-japonais réalisé par Hirokazu Kore-Eda (le réalisateur d'Une affaire de famille), sorti en 2019. Il a été présenté en sélection officielle et en ouverture de la Mostra de Venise 2019.

Résumé

Fabienne (Catherine Deneuve), actrice en fin de carrière, vient de publier son autobiographie sous le titre « La vérité ». A cette occasion, sa fille Lumir (Juliette Binoche), scénariste à Los Angeles, a fait le voyage depuis les Etats-Unis avec son mari Hank, acteur (Ethan Hawke) et sa fillette Charlotte (Clémentine Grenier) pour passer quelques jours avec sa mère dans la grande maison familiale, située à Paris, à côté de la prison de la Santé.

Fabienne vit avec Jacques (Christian Crahay) et Luc, son assistant homme à tout faire (Alain Libolt) qui l’accompagne depuis des années et s’occupe de son planning, de ses rendez-vous, etc.
Dès le début, on comprend que la relation entre Fabienne et sa fille n’ira pas sans anicroche car Lumir reproche à sa mère de l’avoir fait passer au second plan dans sa vie. Elle semble avoir été élevée et choyée par une mystérieuse Sarah (dont on ne saura rien, si ce n’est qu’elle aussi était actrice et que Lumir, qui lui portait beaucoup d’affection, rend sa mère responsable de sa mort).

En parallèle, Fabienne tourne un film dans lequel elle incarne la fille d’une femme qui ne vieillit pas.

Mon opinion

Ce film pourrait presque être considéré comme un biopic de Catherine Deneuve. Il rappelle beaucoup les deux précédents films où elle apparaît (Fête de famille et La dernière folie de Claire Darling) où les non-dits et les règlements de compte familiaux s’étaient déjà invités dans le scénario. Une fois de plus, Deneuve fait du Deneuve avec un superbe détachement, effaçant du même coup les autres acteurs, y compris Juliette Binoche, sans parler des hommes, totalement ringardisés et sans la moindre épaisseur. 

Mais un énième film sur la fin de carrière d’une actrice et les dégâts que fait une telle trajectoire sur sa famille, était-il bien nécessaire ? On aurait pu ajouter au titre un point d’interrogation : La vérité ?  Car le spectateur sort de ce film avec une question. Dans ses mémoires, Fabienne a-t-elle sciemment trahi la vérité ou croit-elle à ses propres mensonges, tellement elle s’est identifiée à l’actrice qu’elle a été et est toujours ?