jeudi 22 février 2018

THE PASSENGER film d'action de J. Collet-Serra (USA-GB 2018)



The Passenger (The Commuter) est un film américano-britannique réalisé par Jaume Collet-Serra, sorti en 2018.

Résumé

Pour Michaël MacCauley (Liam Neeson), courtier en assurances, cela aurait dû être une journée comme une autre, si ce n'est qu'elle avait été particulièrement détestable : après s'être fait licencier, il se fait aussi voler son téléphone au moment de prendre le train de banlieue qu'il prend tous les jours pour rentrer chez lui.

Jusqu'au moment où une jeune femme séduisante (Vera Farmiga), dont les vêtements élégants tranchent avec ceux des autres passagers, lui propose un étrange marché. 

Sa proposition est tellement surprenante qu'il croit d’abord à une plaisanterie ou à une caméra cachée mais il va se rendre compte très vite que ce n'est pas le cas et se trouve entraîné dans un jeu mortifère qui mettra non seulement en danger sa propre vie mais celles de sa famille et tous les passagers du train.

Mon opinion sur ce film

Je n’avais pas vraiment l’intention d’aller voir ce film. J’y suis allé par curiosité quand j’ai vu que Vera Farmiga, une actrice étonnante découverte dans Bates Motel, faisait partie de la distribution. Elle est parfaite dans le rôle ambigu à souhait de cette femme énigmatique et dangereuse qui lui va comme un gant. Mais le scénario est vraiment trop tordu et tellement bourré d’invraisemblances qu’on ne marche pas une minute et qu'on se sent complètement extérieur à ce film. Ma conclusion : beaucoup de bruit pour rien, et ne prenez surtout pas ce train-là.

lundi 19 février 2018

MY WEEK WITH MARILYN de Simon Curtis (GB/USA 2011)



My Week with Marilyn est un film dramatique britannico-américain réalisé par Simon Curtis (David Copperfield, La femme au tableau), sorti en 2011. Le film est une adaptation du livre autobiographique de Colin Clark, « Le prince, la danseuse et moi ».

Résumé

L’action se passe à Londres en 1956. Marilyn Monroe (Michelle Williams) vient pour la première fois dans la capitale britannique tourner une comédie légère, Le prince et la danseuse, sous la direction du grand acteur de théâtre Laurence Olivier (Kenneth Branagh), qui se lance dans la mise en scène.

Colin Clark (Eddie Redmayne), fils d’une famille d’aristocrates, passionné de cinéma, se fait embaucher par lui comme troisième assistant de plateau. Les circonstances font que, pendant une semaine, il va devenir le confident et l’ami intime de celle que tous considèrent comme une star internationale inaccessible et insupportable. Lors de cette semaine, il se créera entre eux une extraordinaire complicité faite de tendresse et de confiance.

Mon opinion sur ce film

J’ai beaucoup aimé ce film tout en délicatesse où deux êtres que rien n’aurait dû rapprocher partagent des moments de tendre intimité dans leurs solitudes respectives, s'apportant consolation et amitié. 

J’ai cependant une réserve à faire sur le choix de l'actrice. Michelle Williams était-elle la mieux placée pour jouer le rôle de Marilyn ? J’avais eu la même réserve avec Dale DeHaan pour incarner James Dean dans le film Life

Tout le monde n’a pas la maîtrise d’Helen Mirren pour se couler de manière aussi mimétique dans la peau de la reine Elizabeth II (The Queen de Stephen Frears) ou la prestance de Gary Oldman pour nous faire presque oublier qu'il ne ressemble pas à Churchill dans Les heures sombres de Joe Wright

Le défi est encore plus inaccessible avec des monstres sacrés comme Marilyn Monroe ou James Dean. Je ne dis pas qu’une autre actrice que Michelle Williams (saluée par un Golden Globe), aurait été plus crédible. Malgré tous ses efforts, il lui manque ce je ne sais quoi qui rendait Marilyn aussi exceptionnellement attachante. Eddie Redmayne, qui nous a déjà montré qu'il était un remarquable acteur  dans le rôle de Stephen Hawking (Une merveilleuse histoire du temps), est par contre parfait dans le rôle de Colin Clarke, mais Kenneth Branagh m'a considérablement déçu. Quant à la grande Judi Dench, on ne peut que s'incliner devant son talent. Quel que soit le rôle qu'elle incarne, elle est toujours juste. Le film est malgré tout une jolie réussite.            

vendredi 16 février 2018

LE LABYRINTHE 3 - LE REMEDE MORTEL film de Wes Ball (USA-2018)



Le Labyrinthe-3 : Le remède mortel (The labyrinth : The dath cure), réalisé par Wess Ball. USA, 2018. 

Résumé

Ce film est le 3ème –  (et dernier) volet de la saga Le labyrinthe, commencée en 2014. 

Après un bref rappel des deux précédents volets de la saga (la fuite du labyrinthe, l’épisode du laboratoire et du massacre fictif des scientifiques, etc.), nous retrouvons nos jeunes héros à la poursuite d’un train dans lequel se trouvent prisonniers, emmenés vers une destination inconnue, une partie des rescapés du labyrinthe.

Avec l'aide de la résistance, ils parviennent à libérer une partie des prisonniers mais leur camarade Minho (Ki Hong Lee) ne fait pas partie du convoi.

Les adolescents libérés sont conduits dans un refuge tenu par la résistance au bord de l’océan.

Malgré l'opposition de la résistance, Thomas (Dylan O'Brien), Newt (Thomas Brodie-Sangster) et Frypan (Dexter Darden) décident seuls de partir à la recherche de Minho. Celui-ci est détenu dans la Dernière Ville, une sorte de downtown gigantesque où sont retranchés, derrière des murailles fortifiées, les responsables de l’organisation WICKED.

Ceux-ci, sous la direction du professeur Ava Paige (Patricia Clarkson) et de Teresa (Kaya Scodelario), définitivement passée « du côté sombre », pratiquent sur les survivants du labyrinthe, dont Minho, de terribles expériences dans le but de trouver le remède au virus qui a décimé l’humanité.  
  
Pour pénétrer dans la Dernière Ville, ils reçoivent lle renfort de Jorge et de Brenda ainsi que de Gally (Will Poulter) qui a miraculeusement survécu à ses blessures à la sortie du labyrinthe. Ils parviennent à s’introduire dans le laboratoire et à libérer Minho. 

Mais ce ne sera qu'au prix d'importantes pertes, en particulier de Newt, victime de la maladie et de Teresa, qui se sacrifie pour permettre à Thomas d'être sauvé.

La fin du film nous le montre isolé, dans le refuge, contemplant l’océan, après qu’il ait lu le dernier message que lui a laissé Newt et gravé les noms de ses camarades morts sur une stèle de pierre.

Mon opinion sur ce film  

Bien que le film soit, sur beaucoup de plans, très éloigné du livre de James Dashner, je n’en ferai pas le reproche au réalisateur. Ce dernier, qui avait réalisé les deux films précédents (Le labyrinthe-1  [2014] et Le labyrinthe-2 : la terre brûlée [2015], a eu le mérite de simplifier les péripéties du roman et de privilégier l’action. Car, bien qu’habitué aux romans de science-fiction, j’avoue avoir été moi-même un peu perdu au cours de la lecture de ceux-ci en raison d’un trop grand nombre de situations invraisemblables et de rebondissements sans fin qui ne s’expliquent pas forcément et nuisent à la compréhension du récit. Je n’ai pas regretté que la confrontation avec les Cranks (stupidement traduit en français par « les fondus ») n’ait été l’objet que d’une seule scène (dans le tunnel) alors que, dans les livres, les affrontements sont interminables et auraient été difficilement soutenables pour le spectateur sauf à faire un film d’horreur. La scène où Minho est torturé dans le laboratoire, celle de la mort de Newt sont amplement éprouvantes en ce qui me concerne.   

dimanche 11 février 2018

BRILLANTISSIME comédie de Michèle Laroque (FR-2018)




Brillantissime est une comédie française réalisée par Michèle Laroque sortie en 2018. Il s’agit de l’adaptation au cinéma de la pièce Mon brillantissime divorce.

Résumé

Le soir de Noël, tout semble sourire à Angela (Michèle Laroque) : elle vit à Nice, sans soucis d’argent, dans un bel appartement, avec son mari, sa fille adolescente, une bonne étrangère et un labrador. Une vie idéale, quoi !

Mais le soir de Noël, sa fille lui annonce qu’elle ne passera pas le réveillon avec elle et part rejoindre son petit copain musicien. Lorsqu‘à son tour son mari arrive du travail, c’est pour prendre quelques affaires et quitter définitivement le domicile conjugal. Elle ne peut non plus compter sur sa meilleure amie, l’inénarrable Rossy de Palma, qui préfère se faire une « soirée somnifères » plutôt que de passer la soirée avec elle. Quant à sa mère, jouée par Françoise Fabian, elle fait uniquement appel à elle pour venir la débarrasser d’une valise trop lourde pour être prise par la compagnie aérienne…
Angela n’a d’autre choix que de se tourner vers son psychiatre (Kad Merad), aussi mal dans sa peau qu’elle-même.

Mon opinion sur ce film

Après avoir vu plusieurs films dramatiques (Tout l’or du monde, Les heures sombres, …) je m’étais dit qu’une gentille comédie ferait une bonne parenthèse. Mais de « brillantissime », ce film n’en a que le titre et il est loin de tenir ses promesses. La situation de départ, la pléiade d’acteurs de talent (Kad Merad, Michael Youn, Marthe Villalonga, Jean Benguigui, Philippe Lacheau, Tarek Boudali…) aurait pourtant dû donner lieu à des situations hilarantes et à des dialogues décapants, mais on assiste au contraire à une succession de gags faciles et convenus dont aucun n’est vraiment drôle. Le soufflé prometteur retombe, hélas, aussi vite qu’il est monté. Le seul moment que j’ai apprécié dans ce film est lorsque Michèle Laroque monte sur scène au côté de Léa, sa fille dans la vie (Oriane Deschamps) pour remplacer au pied levé le petit ami de celle-ci qui s’est défilé et interprète avec sa propre voix la chanson La vie au ras-du-sol, spécialement composée pour le film par Alex Beaupin.     

Voyez plutôt :

- 100 % cachemire                
- 20 ans d'écart

samedi 10 février 2018

LE 15 H 17 POUR PARIS film de Clint Eastwood (USA-2018)


Le 15 h 17 pour Paris (The 15:17 to Paris) est un drame biographique américain co-produit et réalisé par Clint Eastwood, sorti en 2018.

Résumé

Le 21 août 2015, un attentat terroriste avait été perpétré à bord du Thalys 9364, durant le trajet Amsterdam - Paris. Un djihadiste armé d'une kalachnikov et muni de neuf chargeurs pleins, d’un pistolet et d’un poignard s'apprêtait à commettre un carnage à bord du TGV en provenance d'Amsterdam. Il fut neutralisé par trois jeunes américains en vacances en Europe qui se trouvaient à bord par hasard. Il s'agissait de trois amis d'enfance Spencer Stone, Alek Skarlatos, deux militaires et Anthony Sadler, un étudiant. Ils maîtrisèrent le terroriste à mains nues, aidés par un britannique, Chris Norman. Celui qui avait donné l’alerte, un musicien américain, Mark Moogalian, t grièvement blessé par balles, ne dut sa survie qu'au sang froid de Spencer Stone, ambulancier dans l'US Air Force, qui, bien que blessé lui-même, arrêtera l’hémorragie de la carotide en maintenant la pression sur l'artère sectionnée jusqu’à l’iarrivée en gare d’Arras. L'infirmière du Samu qui prit la relève joue aussi son propre rôle dans le film. Grâce à leur courage, la vie de 500 passagers fut épargnée. A leur arrivée, ils furent acclamés en héros et décorés, en France, de la Légion d'honneur par le président François Hollande. Ils furent aussi décorés  aux Etats-Unis par le président Obama.

Autour du film

Le 20 avril 2017, on apprend que Clint Eastwood adaptera au cinéma l'autobiographie The 15:17 to Paris: The True Story of a Terrorist, a Train, and Three American Heroes de Jeffrey E. Stern, Anthony Sadler, Alek Skarlatos et Spencer Stone à partir du scénario de Dorothy Blyskal. Le livre narre l'enfance, l'amitié, le parcours ainsi que l'héroïsme des trois amis d'enfance américains qui ont déjoué l'attentat du Thalys, à destination de Paris, le 21 août 2015.

En juin 2017, Clint Eastwood avait l’intention de faire jouer les rôles des protagonistes authentiques par des acteurs professionnels. Mais un mois plus tard, après les avoir rencontrés, il leur confiait leur propre rôle, un immense défi pour ces jeunes gens qui n’avaient jamais tourné. Des acteurs professionnels complètent la distribution, dans le rôle des mères des héros, des parties concernant leur enfance et des figurants du train. Le rôle du terroriste est confié à un acteur professionnel, Ray Corasani. Les images de la remise des légions d’honneur sont les images d’archives authentiques à part pour le moment où l’on voit François Hollande de dos. Son rôle est alors interprété par Patrick Braoudé.  

Mon opinion sur ce film

Grâce à leur courage, la vie de 500 passagers fut épargnée. A leur arrivée, ils furent acclamés en héros et décorés, en France, de la Légion d'honneur par le président François Hollande. Ils furent aussi décorés aux Etats-Unis par le président Obama.
Le film raconte aussi leur enfance, le développement de leur amitié, leur parcours professionnel, alternés avec les évènements qui les ont amenés à bord de ce train. Ce film m’a paru très réussi. Si le réalisateur s’était contenté de relater l’attentat, le film aurait été moins intéressant mais le fait qu’il remonte à l'enfance des jeunes héros et à leur parcours jusqu’à ce moment dramatique dans le Thalys donne au film plus de profondeur. Il faut aussi saluer le choix qui a été fait de confier aux vrais protagonistes des faits leur propre rôle dans le film. J'ai été stupéfait par la qualité de leur jeu et leur authenticité quand on sait que le réalisateur ne leur a confié le rôle qu'au dernier moment. J'admire en outre le courage qu'il leur a fallu pour revivre des évènements aussi traumatisants qui sont encore, pour certains d'entre eux, inscrits dans leur chair. Ne serait-ce que pour cela, ce film est remarquable et vaut d'être vu.

vendredi 9 février 2018

TRUE GRIT western des frères Cohen (USA-2010)



True Grit (Le vrai courage)  est un western américain écrit et réalisé par Joel et Ethan Coen, sorti en 2010. C'est l'adaptation du roman du même nom de Charles Portis, déjà porté à l'écran en 1969 sous le titre Cent dollars pour un shérif de Henry Hathaway. C'est le plus gros succès financier de la carrière des frères Coen.

Résumé

L’action se passe en 1870, juste après la fin de la guerre de Sécession aux Etats-Unis, sur l'ultime frontière de l'Ouest américain.

Seule au monde, après la mort de son père assassiné par un bandit du nom de Chaney pour lui voler deux pièces d'or, Mattie Ross, 14 ans (Hailee Steinfeld), décide de le venger. Après son forfait, l’assassin s'est réfugié en territoire indien où il a rejoint la troupe d’autres malfrats. Pour le retrouver  Mattie, après avoir négocié tous ses biens, engage Rooster Cogburn (Jeff Bridges), un U.S. Marshal âgé et alcoolique qui a cependant une réputation d’honnêteté de de ténacité. 

Mais Chaney est aussi poursuivi par un chasseur de prime du nom de LaBoeuf (Matt Damon) car il a assassiné un sénateur dans l’état du Texas. Ayant la même cible, Cogburn et Laboeuf sont rivaux. Les trois compagnons éprouvent, au cours de cette traque, dans une nature hostile, des difficultés à s'entendre. Après une énième dispute avec Cogburn, LaBeouf quitte l’équipe mais Cogburn, alors qu’il est dans une mauvaise situation, lui sauve la vie. 

Par la suite, Mattie tombe par hasard sur Chaney et le blesse mais l'arme s'enraye et elle se retrouve à son tour prisonnière des bandits. Lors de l’a affrontement qui s’ensuit pour la libérer, Mattie tombe dans un aven où elle est mordue à la main par un serpent. Cogburn chevauche jour et nuit pour l'emmener chez un médecin afin de tenter de la sauver.

Vingt-cinq ans plus tard, Mattie, qui a été amputée du bras à la suite de la morsure du serpent, reçoit une lettre de Cogburn, désormais très âgé et qui fait partie d'un Wild West Show (spectacle itinérant sur l'Ouest américain). Cogburn lui écrit qu'il aimerait la revoir mais, quand Mattie arrive, Cogburn est déjà mort. Elle ramène le corps de Cogburn pour l'enterrer dans sa propriété, tout en se demandant ce qu'est devenu LaBoeuf, qu'elle n'a jamais revu non plus, et en méditant sur le temps qui passe.

[Cet article est largement inspiré de deux articles, celui de Wikipedia et celui d’Allociné, consacrés au film]

Mon opinion sur ce film

Je n’avais pas vu ce film lors de sa sortie au cinéma et j’ai profité de sa rediffusion sur la 4 pour le voir. Je n’avais jamais, par le passé, vu de films des frères Cohen. Certes, l’héroïne est courageuse, Jeff Bridges haut en couleur, mais l’ensemble m’a paru lent et peu convaincant, et finalement passablement raté. Je m’attendais à mieux au regard de la notoriété des réalisateurs.  

mardi 6 février 2018

LES BRACELETS ROUGES Série TV Française (2018)


Les Bracelets rouges est une minisérie française de 6 épisodes de 52 min. chacun, réalisée par Nicolas Cuche, sur un scénario de Marie Roussin, et produite par TF1. La série française est dérivée de la série catalane, Polseres vermelles. Sa diffusion a commencé sur TF1 le 5 février 2018.

Résumé

La série s’attache à suivre la vie de six jeunes malades hospitalisés.

- Clément (Tom Rivoire) a été amputé d’une jambe et attend d’être appareillé,
- Thomas (Audran Cattin) doit être amputé en raison d’un cancer du tibia,
-  Roxane (Louna Espinosa) est anorexique
- Mehdi (Azize Diabaté Abdoulaye) a été victime de multiples fractures après un accident de moto
- Côme, le plus jeune (Marius Blivet) est dans le coma suite à un accident de piscine
- Sarah (Esther Valding) a été prise d’un malaise dans la cour de son lycée.

Chacun est atteint d'une maladie qu'il doit combattre au quotidien, ensemble ils vont vivre à fond leur vie d’adolescent même si elle se déroule à l’hôpital.

Entourés par des parents parfois impuissants, et encadrés par un personnel soignant qui tente de garder la tête froide, ils vont vivre, entre premiers émois amoureux, trahisons, rechutes et guérisons, des épreuves qui vont changer leur vie.

La série est un remake d’une série catalane Intitulée Polseres Vermelles qui dura deux saisons de 2011 à 2013 et fut diffusée en France en 2013 sur la chaîne de la TNT Numéro 23. La série d’origine était une adaptation du livre autobiographique Le Monde soleil (2008) d’Albert Espinosa Puig, hospitalisé entre 14 et 24 ans pour trois cancers qu’il a surmontés. Au-delà de la Catalogne et de l’Espagne, la série Polseres Vermelles a connu un succès sans précédent et a été adaptée aux Etats-Unis (sous le titre Red Band Society – 1 saison), en Italie (Braccialetti Rossi – 3 saisons). D'autres pays ont tenté ou vont tenter l'adaptation dont la Suède, le Danemark, la Russie, l’Argentine, le Mexique ou le Pérou.

Mon opinion

J'ai vu les deux premiers épisodes de cette série qui rappelle beaucoup Patients, le film de Grand Corps Malade. J'ai immédiatement accroché grâce au rythme de cette série qui sort des sentiers battus et ose aborder sans tabous la question de la maladie sous un angle optimiste et joyeux. Elle doit aussi énormément à l'énergie de ses jeunes acteurs, tous étonnants par leur sincérité et justes. J'espère qu'elle aura le succès qu'elle mérite et saura tenir tête aux séries policières dont on nous abreuve à longueur de programmes.