vendredi 1 janvier 2021

LE SECRET DE GREEN KNOWE Film fantastique pour la jeunesse de Julian FELLOWES (GB-2009)

 

Le Secret de Green Knowe (Titre original : From Time to Time) est un film d'aventure fantastique britannique réalisé par Julian Fellowes sorti en 2009.

Résumé

L’action se déroule en Angleterre vers la fin de la Seconde Guerre mondiale, quelques jours avant Noël 1944.

Un adolescent, Tolly Oldknow (Alex Etel) est envoyé chez sa grand-mère paternelle Linnet Oldknow, (Maggie Smith) au manoir familial de Green Knowe, une demeure aristocratique perdue dans la campagne anglaise. Elle y vit seule, avec pour seuls familiers, sa cuisinière Mme Tweedle (Pauline Collins) et leur factotum, le vieux Boggis (Timothy Spall). Devant des problèmes financiers insolubles, Linnet s’apprête à vendre le domaine qui est dans la famille depuis des siècles.  

La mère de Tolly, restée à Londres, attend des nouvelles de son mari, un officier britannique sur le front allié.  

Dès la 1ère nuit, Tolly fait connaissance des fantômes de la maison. En suivant celui de son ancêtre Susan (Eliza Bennett), une jeune fille aveugle accompagnée d’un petit esclave noir du nom de Jacob, il va se retrouver propulsé dans une intrigue familiale complexe qui s’est déroulée dans le passé. Grâce à la complicité qui, par-delà le temps, liera les adolescents, Tolly va découvrir le secret de Green Knowe et permettre ainsi à sa grand-mère de garder la propriété.   

Mon opinion

Un joli film tous publics à voir en période de Noël qui m’a beaucoup rappelé deux autres films « so british » du même genre, Le jardin secret et Le jardin des secrets. J’y ai retrouvé avec plaisir la grande Maggie Smith ainsi que quelques autres acteurs renommés comme Timothy Spall ou Douglas Booth, dont c’était la 1er rôle au cinéma.   

vendredi 27 novembre 2020

LE RENARD ET L'ENFANT film de Luc JACQUET (FR-2007)

 


Le Renard et l'Enfant est un film français réalisé par Luc Jacquet, sorti en 2007. Il s’agit du deuxième long métrage du réalisateur après La Marche de l'empereur.

Résumé

Une mère (Isabelle Carré) raconte à son fils (Thomas Laliberté) un épisode de son enfance dont on comprendra qu’il s’agit de sa propre histoire.

Alors qu'elle avait une 10e d’année, une fillette (Bertille Noël-Bruneau) aperçoit un renard. Fascinée par l’animal, elle cherche à l’apprivoiser et l’enfant et le renard deviennent amis. Malheureusement, la fillette ne comprendra pas que le renard tient par-dessus tout à sa liberté et le drame se produira lorsqu’elle essaiera de l’enfermer.

Mon opinion

Joli film qui plaira non seulement aux enfants mais à toute la famille. Il ravira les amoureux des animaux et de la nature car il véhicule un beau message d’amitié et de liberté.  

Dans le même esprit, vous pourriez aimer :

GONE GIRL Thriller de David FINCHER (USA-2014)

Gone Girl est un thriller américain réalisé par David Fincher, sorti en 2014. Il s'agit de l'adaptation cinématographique du best-seller américain Les Apparences (Gone Girl) de Gillian Flynn, qui en est également la scénariste.

Résumé

Le jour du 5ème anniversaire de mariage de Nick Dunne (Ben Affleck) et de son épouse Amy (Rosamund Pike), un couple qui présente toutes les apparences (d’où le titre utilisé dans la version française du roman) du bonheur, Amy disparaît. Dans un premier temps, la police pense qu’elle a été enlevée, des traces de lutte étant visibles dans la maison. Mais ils en viennent vite à soupçonner Nick de l’avoir assassinée car des investigations plus approfondies montrent d’importantes taches de sang dans la cuisine. En réalité, Amy a mis en place un plan machiavélique pour faire accuser son époux, qui l’a trompée, de meurtre et le faire condamner à la chaise électrique.

Mon opinion

Je n’avais pas encore vu ce film et j’ai profité de son passage à la télévision pour le voir. David Fincher est un réalisateur de talent. On lui doit des films comme Seven, The Game, Fight Club, Zodiac, L’étrangehistoire de Benjamin Button, ou The Social Network.  J’avais beaucoup apprécié ces deux derniers films et un peu moins certains autres (en particulier Zodiac, dont j’avais regretté la confusion du scénario et la longueur). Je ferai le même reproche à ce film, en y ajoutant la grotesque scène du meurtre de Desi Collings (Neil Patrick Harris) ou encore l’invraisemblable coup de théâtre de la fécondation assistée d’Amy. On a aussi du mal à croire que cette dernière puisse être exonérée de rendre compte à la justice de l’assassinat du malheureux Desi Collings.

samedi 21 novembre 2020

KNOCK comédie de Lorraine LEVY (FR-2017)

 


Knock est une comédie française de Lorraine Lévy, sortie en 2017. Il s'agit de la quatrième adaptation cinématographique de la pièce de théâtre Knock ou le Triomphe de la médecine de Jules Romains écrite en 1923.

Résumé

Knock (Omar Sy) fait ses premières armes en tant que « médecin » sans diplôme embauché sur un navire marchand. Après avoir obtenu un authentique diplôme de médecin, il arrive à Saint Maurice, un petit village provençal, où il reprend la maigre clientèle du Dr Parpalaid (Nicolas Marié), parti à la retraite. Or, jusqu’à son arrivée, les habitants du village, ne venaient que très rarement consulter le médecin. 

Avec Knock, qui professe que « Tout homme bien portant est un malade qui s'ignore », les choses vont diamétralement changer.

Il commence par convaincre le facteur (Christian Hecq), un alcoolique notoire, d’arrêter de boire. Puis, après avoir décrété une première consultation gratuite pour tous les habitants, il va peu à peu se mettre dans la poche tout le village, découvrant pour chacun, un symptôme plus ou moins imaginaire. Passant un accord avec le pharmacien, M. Mousquet (Michel Vuillermoz) qui, jusqu’à son arrivée se morfondait derrière son comptoir poussiéreux, il va révolutionner la vie des villageois. Seul le curé (Alex Luz) reste imperméable à sa séduction et deviendra son ennemi juré.

Mon opinion   

On a tous en tête le film réalisé en 1951 par Guy Lefranc avec l’inoubliable Louis Jouvet dans le rôle du docteur Knock, dont ce film suit la trame, Omar Sy incarne un Dr. Knock bien plus truculent et sympathique que son illustre prédécesseur. Là où Jouvet était même quelque peu inquiétant, Omar Sy joue la bonhommie roublarde. Sans doute cabotine-t-il un peu trop mais je ne suivrai pas les critiques acerbes qui ont qualifié cette nouvelle adaptation de la pièce de Jules Romain de « débâcle », et de « pantalonnade ». Un "feel-good movie" que l'on aurait souhaité un peu plus subtil mais où l’on rit bien toutefois et qui laisse un bon souvenir. En outre, la réalisatrice a su parfaitement mettre en valeur les paysages où a été tourné le film.     

vendredi 20 novembre 2020

SEXE ENTRE AMIS comédie de Will GLUCK (USA-2011)

 


Sexe entre amis (Titre original : Friends with Benefits) est un film américain réalisé par Will Gluck, sorti en salles le 22 juillet 2011 aux États-Unis et le 7 septembre 2011 en France. A ne pas confondre avec Sexe intentions 1 et 2, beaucoup plus « sulfureux », librement inspiré des Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos.  

Résumé

Jamie (Mila Kunis), chasseuse de tête dans un grand cabinet newyorkais, recrute, pour diriger le prestigieux magazine masculin GQ, Dylan (Justin Timberlake), qui vit à Los Angeles. Pour Dylan, qui est directeur artistique d'une petite start-up à Los Angeles, c’est une opportunité en or. Après 6 mois de négociation, il décide d’accepter l’offre qui lui est faite et prend l’avion pour New York. Dès son arrivée, il tombe sous le charme de Jamie qui devient sa meilleure amie. Après une soirée un peu arrosée, Dylan et Jamie décident de coucher ensemble dans une relation purement sexuelle. Mais ils ne pourront longtemps résister aux sentiments amoureux.

Mon opinion

Le titre pourrait induire en erreur et faire penser qu’on va voir un film porno. En réalité, Sexe entre amis est une comédie romantique beaucoup plus chaste qu'on aurait pu le croire malgré ses échanges verbaux particulièrement crus et ses situations désinhibées. Dans la 1ère partie, les scènes de sexe sont néanmoins un peu lassantes et le film ne commence vraiment à nous accrocher que dans sa deuxième partie, avec la découverte de la famille de Dylan et quelques belles scènes intimistes à Los Angeles. Mais en fin de compte, le film est drôle et plutôt sympathique et on passe un bon moment même si on aurait aimé un peu plus de retenue dans les dialogues.  

Dans le même esprit : 

mercredi 18 novembre 2020

THE BOOKSHOP film d'Isabel COIXET (ES-GB-DE 2017)

 The Bookshop est passé sur Arte le 6 novembre 2020

The Bookshop est un film espagnol-anglo-allemand réalisé par Isabel Coixet, sorti en 2017. C'est l'adaptation du roman du même nom écrit par Penelope Fitzgerald et paru en 1978.

Résumé

Le film se déroule en 1959 dans un village anglais du nom de Hardborough isolé au bord de l’océan. Florence Green (Emily Mortimer), une jeune femme passionnée de littérature, y achète une vieille maison afin d’y ouvrir une librairie, The Old House Bookshop. Mais cette « intrusion » n’est pas du goût de Violet Gamart (Patricia Clarkson), la notable du lieu qui se pique de culture et veut faire de ce lieu un centre d’art. Florence ne trouve de soutien qu’auprès d’Edmund Brundish (Bill Nighy), un vieil original épris de littérature mais enfermé dans sa solitude depuis la mort de son épouse, et d’une fillette pauvre, du nom de Christine Gipping (Honor Kneafsey) qui vient lui donner la main de temps en temps.

Mais Florence fait l’erreur de s’opposer frontalement à Violet et de la narguer en installant, dans la vitrine de sa librairie, Lolita de Vladimir Nabokov, œuvre scandaleuse aux yeux de la « bonne société » d’Hardborough. Dès lors, Violet Gamart fera tout pour ruiner sa réputation et la chasser du village.

Mon opinion

Ce film est un OVNI. Tout y est tellement « So British » qu’on pourrait penser - et personnellement je l’ai pensé - qu’il s’agissait d’un film 100 % anglais. Il n’en est rien puisqu’il est l’œuvre d’une réalisatrice espagnole. J’étais d’ailleurs assez mécontent, lorsqu’il est passé sur Arte, qu’il ne soit pas en VOST (qui ne pouvait être, dans mon esprit, que l’anglais). Le film, qui a ravi l’ancien libraire (et toujours grand lecteur et amoureux des livres) que je suis m’a cependant laissé sur ma faim et sa « fin » abrupte m’a surpris et un peu déçu car j’aurais aimé que notre héroïne, avec l’aide du vieil Edmund Brundish, tienne tête à cette punaise de Violet Gamart. Défaite de la naïve libraire mais pas du livre cependant, comme nous l’apprendrons les dernières images.   

Bien qu’il ait remporté plusieurs prix en Espagne et en Allemagne, le film est passé inaperçu en France, ce qui ne m’étonne qu’à moitié car il est d’une veine assez inclassable. Il m’a fait penser à d’autres films que j’ai beaucoup aimés et que je vous recommande, comme :

lundi 16 novembre 2020

AVIS DE MISTRAL Comédie de Rose BOSCH (FR-2014)

 

Avis de mistral est une comédie dramatique française écrite et réalisée par Rose Bosch, sortie en 2014.

Résumé

Tout commence par une séparation. Au début de l’été, Léa, 15 ans (Chloé Jouannet), Adrien, 17 ans (Hugo Dessioux) et Théo, 9 ans (Lukas Pélissier), apprennent que leur père quitte la maison et que leur mère part au Québec pour suivre un stage. Les trois enfants sont donc accueillis par Irène (Anna Galiena) qui les emmène avec elle en Provence, chez leur grand-père Paul (Jean Reno). Or, Paul, fâché avec sa fille depuis 17 ans, ne connaît aucun de ses petits-enfants.

Pour les adolescents, habitués à la ville et constamment sur leur portable ou sur leur ordinateur, le changement de vie est rude. Les choses se passent un peu mieux entre le grand-père bourru et le cadet, Théo, sourd de naissance et qui communique par signes.

Finalement, les enfants découvriront que le bonheur n’est pas forcément où ils le croyaient et passeront des vacances inoubliables.

Mon opinion

Rien de très original dans ce scénario entre choc des générations, ados imbuvables et rabibochage final mais on passe néanmoins un bon moment. Signalons particulièrement les prestations des jeunes acteurs, en particulier celle de Lukas Pélissier, vraiment craquant, et d'Hugo Dessioux. On découvre aussi Tom Leeb, dans un rôle pas particulièrement sympathique. La photographie est elle aussi très réussie avec le cadre magnifique des Alpilles.