samedi 30 août 2014

INCEPTION de Christopher Nolan


Inception est un film de science-fiction américano-britannique écrit, réalisé et produit par Christopher Nolan et sorti en 2010.

Synopsis

Dans un futur proche, l'armée américaine a développé ce qui est appelé le « rêve partagé », une méthode permettant d'influencer l'inconscient d'une victime pendant qu'elle rêve. Des «extracteurs» s'immiscent alors dans ce rêve, qu'ils ont préalablement modelé et qu'ils peuvent contrôler, afin d'y voler des informations sensibles stockées dans le subconscient de la cible. C'est dans cette nouvelle technique que se sont lancés Dominic Cobb (Leonardo DiCaprio) et sa femme, Mal (Marion Cotillard). Ensemble, ils ont exploré les possibilités de cette technique et l'ont améliorée, leur permettant d'emboîter les rêves les uns dans les autres, accentuant la confusion et donc diminuant la méfiance de la victime. Mais l'implication du couple dans ce projet a été telle que Mal a un jour perdu le sens de la réalité ; pensant être en train de rêver, elle s'est suicidée croyant ainsi revenir dans ce qu'elle croyait être sa réalité. Soupçonné de son meurtre, Cobb est contraint de fuir les États-Unis et d'abandonner leurs enfants à ses beaux-parents. Il se spécialise dans l'«extraction», en particulier dans le domaine de l'espionnage industriel ; mercenaire et voleur, il est embauché par des multinationales pour obtenir des informations de leurs concurrents commerciaux.

Mon jugement

Voilà un film parfaitement inclassable, entre onirisme, thriller et science-fiction, que beaucoup, je pense, trouveront même difficilement compréhensible et renonceront à voir jusqu'au bout. Quelqu'un comme moi, pour qui le rêve a une importance majeure dans la créativité, ne pouvait pas ne pas voir ce film.

 Christopher Nolan est le réalisateur de Memento, de Batman begins et de The dark knight. Memento aussi était un film inclassable, assez « prise de tête » par son montage si particulier. Batmanbegins est un film beaucoup plus profond qu'il n'y paraît. Batman begins commence par une scène où le héros suit en Asie la formation d'un maître des arts martiaux en vue de préparer sa vengeance contre les assassins de ses parents alors qu'il était enfant. On retrouve, dans Inception, cette fascination du réalisateur pour l’Asie et les arts martiaux puisque, là aussi, le film commence en Asie. 

Tout en sachant que le pari n'était pas gagné à cause de la complexité du scénario (qui en cela, rappelle beaucoup Memento), on peut essayer de résumer le film de la manière suivante : Dominic « Dom » Cobb (Leonardo DiCaprio) est un spécialiste de « l'inception », mot créé de toute pièce (du moins, je le crois) pour qualifier la faculté qu'’ont certaines personnes (c’est le cas de Cobb) de s'introduire dans les rêves des autres afin de les modifier. Bien entendu (c'est ce qui justifie le thriller, ces personnes n'utilisent pas ce don extraordinaire dans un but purement philanthropique mais ils le mettent au service de leurs intérêts). Cobb travaille en équipe. Celle-ci est formée d'Arthur (Joseph Gordon-Levitt) et d'un architecte, Nash (Lukas Haas), qui crée les « décors » des rêves. Après l'échec de la première mission sur laquelle commence le film, il  va être remplacé par une jeune femme, Ariane (Ellen Page). L'équipe va aussi compter le commanditaire, l'énigmatique Saito (Ken Watanabe), un chimiste, Yussuf (qui élabore les puissants sédatifs permettant de prolonger le rêve) et d'un « faussaire », Eames (Tom Hardy), spécialiste de l'usurpation d'identité des acteurs du rêve. Entraînés par Dom, chacun à un rôle précis dans le montage de « l'inception » qui, dans ce cas particulier, consiste à entrer dans le rêve (provoqué) d'un jeune milliardaire, Robert Fisher (Cillian Murphy) pour le dissuader de prendre la direction de la multinationale dont il est l'héritier au profit d'une entreprise encore plus puissante du nom de Cobol Engineering.

Mais l'aspect « thriller » se double d'un autre, beaucoup plus intéressant en ce qui me concerne, et qui correspond à la préoccupation profonde du réalisateur pour le monde onirique. Par ce coup de main qui doit lui assurer la fortune et l'impunité, Dom, qui fuit la police américaine qui le rend responsable de la mort de sa femme Mall, il pourra, sa mission accomplie, rentrer librement dans son pays et revoir ses enfants.

Je n'irai pas plus loin dans mon résumé car le film peut être lu à différents niveaux, comme les strates du rêve s'imbriquent dans d'autres strates, et cela, presque à l'infini.
Le spectateur lambda a de quoi être désarçonné par un tel scénario. C'était sans doute la volonté du réalisateur car on sort de ce film avec l'impression d'avoir soi-même fait un rêve compliqué (ou plutôt un cauchemar) dont on n'a pas tout compris et dont certaines parties s'effacent, ne laissant qu'un souvenir confus et un certain malaise.

J'ai rarement vu un film qui mélange autant les genres et qui soit aussi complexe. Dans l’interview du metteur en scène, qui se trouve parmi les bonus du DVD, on apprend qu'il a pensé à ce film pendant une 10e d’années avant de se lancer dans sa réalisation. Il avoue aussi avoir toujours été fasciné par le phénomène du rêve.

Quoiqu'il en soit de tous ces films, ce qu'on ne peut pas reprocher à Nolan, c'est de ne faire que des films d'action car tous, chacun dans son genre, contiennent une profonde réflexion sur l'âme humaine, ses errances et sa complexité.

En cela, Inception porte bien la signature de Christopher Nolan. Personnellement, je pense que le réalisateur aurait pu s’abstenir d'une grande partie des scènes inutilement complexes et spectaculaires qui n'apportent qu’une plus grande confusion à son propos. Mais c'était peut-être le prix à payer pour intéresser les financeurs...

Pour conclure, je dirais  que ce film ne plaira certainement pas à tout le monde. Soit on se contentera des scènes d’action sans chercher à entrer dans l’histoire (et on passera à côté de ce qui fait l’intérêt profond du film), soit au contraire -  et ce fut mon cas - on regrettera qu’elles soient trop envahissantes par rapport à la préoccupation du réalisateur pour le monde du rêve qui, à mon avis, fait tout l’intérêt de ce film. Dans les deux cas, on restera déçu ou du moins déconcerté.
De film en film, Leonardo Di Caprio gagne en force et son interprétation est de plus en plus juste et crédible. En outre, ce qui est la marque d'un grand acteur, et bien qu’il soit sans conteste le héros du film, sa prestation n'écrase pas celle des autres acteurs. En effet, les rôles secondaires ne sont pas effacés, bien au contraire, par sa présence magistrale. J'ai en particulier redécouvert un acteur que j'avais vu dans un film très moyen, Brick,  Joseph Gordon-Levitt, qui joue le rôle d'Arthur, l'impeccable et énigmatique bras droit et ami de Cobb.


Par contre, que dire de Marion Cotillard ? C’est une actrice qui a fait ses preuves (Furia,  Un long dimanche de fiançailles, La môme, où elle incarne Piaf de manière hallucinante). Mais franchement, on ne voit pas bien ce qu'elle vient faire dans un tel film, si ce n'est de la figuration. Pourquoi l'avoir choisie, elle, pour lui donner un rôle aussi secondaire et en retrait ? Ce n'est pas sa faute, mais, alors que tous les autres acteurs du casting sont à leur place, elle détonne et ne convainc pas vraiment dans le rôle de Mall.       

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vos commentaires, chers lecteurs, seront les bienvenus. Ils ne seront toutefois publiés qu'après modération et seront systématiquement supprimés s'ils comportent des termes injurieux, dans le cas de racisme, de caractère violent ou pornographique. Si vous souhaitez une réponse, n'envoyez pas un message anonyme mais laissez un nom ou un pseudo auquel je puisse vous contacter.