jeudi 1 janvier 2015

PERSEPOLIS Film d'animation français de Vincent Paronnaud et Marjane Satrapi (FR - 2007)

[1ère publication de ce billet : 1er janvier 2012]


Persépolis est un long métrage d'animation français de 95 min. réalisé par Vincent Paronnaud et Marjane Satrapi. Il est sorti en France le 27 juin 2007. Le film s'inspire de Persépolis, la bande dessinée autobiographique en 4 volumes de Marjane Satrapi, publiée entre 2000 et 2003 et republiée en un seul volume, à l'occasion de la sortie du film, en 2007. C'est, dans le domaine de la bande dessinée, l'un des plus gros succès de librairie.

Présenté dans la sélection officielle du Festival de Cannes 2007, le film y a obtenu le prix du jury ex-æquo avec Lumière silencieuse de Carlos Reygadas. La république islamique d'Iran n'a pas apprécié et elle s'est officiellement inquiétée que ce film ait été sélectionné car, selon elle, il présente « un tableau irréel des conséquences et des réussites de la révolution islamique ». Elle en a néanmoins diffusé une version censurée (cela c'était en 2007. Il n'est pas dit qu'en 2014, le film ne serait pas purement et simplement interdit en Iran). Le film a été nommé pour l'Oscar du meilleur film d'animation 2007. Persépolis fut également interdit de diffusion au Liban fin mars 2008 durant un temps, avant que la polémique nationale n'aboutisse à la levée de cette interdiction.

Le film fait encore des vagues puisque, suite à sa diffusion en Tunisie le 9 octobre 2011, un groupe d'environ 200 salafistes avait tenté de mettre le feu à l'immeuble occupé par la chaîne de télévision Nessma puis au domicile personnel de son PDG, Nabil Karoui.

Synopsis

Le film est totalement autobiographique et Marjane Satrapi y raconte les proncipaux épisodes de sa vie depuis l'âge de 8 ans jusqu'à son exil en France. Lorsque le film commence, nous sommes en 1978 à Téhéran, qui était alors sous la dictature du Shah : Marjane est une enfant heureuse qui vit  à l'occidentale avec ses parents, un couple de jeunes iraniens modernes et cultivés. Elle songe à l'avenir et se rêve en prophète sauvant le monde. Elle a aussi une grande complicité avec sa grand-mère, une femme très libre d'esprit et qui parle un langage cru que, par la suite, lui empruntera Marjane. Toute la famille suit avec exaltation les événements qui vont mener à la révolution et provoquer la chute du régime du Shah, croyant que celle-ci instaurera la démocratie et la liberté. Mais, hélas, ce n'est pas du tout ce qui devait se passer. Avec l'instauration d'une « République islamique », dirigée par des mollahs rétrogrades,  débute le temps d'une dictature encore pire que celle du Shah. Marjane, qui doit porter le voile, se rêve désormais en révolutionnaire.

Bientôt, la guerre contre l'Irak entraîne bombardements et privations, enrôlements forcés de jeunes gens que l'on transforme en "martyrs de la révolution" et à qui l'on promet le "paradis d'Allah", fait un grand nombre de morts et de blessés pendant que, dans le pays, les "gardiens de la révolution" arrêtent arbitrairement, torturent et exécutent tous ceux qui, de près ou de loin, sont suspectés de vouloir s'opposer au régime des religieux islamistes et instaurent un contrôle des mœurs et des comportements aussi stupide que corrompu.

Dans un contexte de plus en plus pénible, ses parents craignent que les prises de position rebelles de Marjane ne la mettent en danger. Ils décident alors de l'envoyer poursuivre ses études à Vienne en Autriche. Marjane a alors quatorze ans : dans la capitale autrichienne, elle découvre la liberté, l’abondance de la société de consommation et fait ses premières expériences amoureuses mais elle supporte mal la solitude, l'égoïsme et l'indifférence des gens qui se disent ses amis.

Son retour en Iran est un échec car elle se trouve désormais déchirée entre deux modes de vie et elle ne parvient plus à se réinsérer dans la société iranienne de plus en plus soumise aux diktats des islamistes. Elle sombre alors dans une grave dépression et fait même une tentative de suicide (qui, bien que montée, sera seulement suggérée dans la version finale du film, comme nous l'apprend le DVD). Enfin remise de sa dépression, elle rencontre un jeune iranien ouvert aux idées occidentales avec qui elle décide de se marier. Mais le mariage, trop rapidement décidé, ne résiste pas aux contraintes de la vie quotidienne et Marjane divorce puis regagne l’Occident, en l’occurrence la France. C'est là que sa vie commencera vraiment puisqu'elle y écrira les quatre tomes de son autobiographie sous forme d’une bande dessinée qui lui apporta le succès et permit la réalisation du film.

La réalisation

Sur le plan technique,  la réalisation de ce film d'animation de 95 minutes a représenté un véritable exploit, comme on le voit dans les bonus joints au DVD : l’animation a été réalisée selon des techniques classiques du dessin, sans recours à l’informatique, mobilisant une extraordinaire équipe d’artistes. Les doublages des différents protagonistes du film ont été réalisés par de grands acteurs comme :

  • ·         Catherine Deneuve (qui joue le rôle de la mère de Marjane)
  • ·         Chiara Mastroianni (Marjane adolescente et adulte)
  • ·         Danielle Darrieux (la grand-mère de Marjane)
  • ·         La voix de Marjane enfant a été enregistrée par Gabrielle Lopes Benites

Dans la version anglaise, les acteurs qui ont prêté leur voix aux personnages, outre CatherineDeneuve et Chiara Mastroianni,  qui sont bilingues, ont été Sean Penn (pour le père de Marjane), Iggy Pop (qui double son oncle Anouche) et Gena Rowlands (la grand-mère).

Distinctions

  • 2007 : Prix spécial du jury du Festival de Cannes 2007 (ex-æquo avec Lumière silencieuse de Carlos Reygadas)
  • 2007 : Sélection officielle pour la Palme d'or
  • 2007 : Prix spécial du jury au Cinemania International Film Festival
  • 2008 : Prix des auditeurs de l'émission radiophonique Masque et la Plume
  • 2008 : Meilleur premier film lors de la cérémonie des Césars 2008
  • 2008 : César de la Meilleure adaptation lors de la cérémonie des Césars 2008.
  • 2008 : Nommé aux Oscars du cinéma 2008 dans la catégorie meilleur film d'animation (mais l'oscar fut finalement attribué au film Ratatouille).

Mon opinion sur ce film

Persépolis est un film extraordinaire à tout point de vue, par sa technique, d'abord, qui utilise le dessin animé presque exclusivement en noir et blanc (à part quelques scènes colorées ou colorisées), la concision de ses dialogues, son humour décapant (en particulier celui de la grand-mère qui s'exprime dans un langage particulièrement cru, magnifiquement servi par la voix à la fois élégante et malicieuse de notre adorable Danielle Darrieux dont on imagine le plaisir qu'elle a dû prendre à dire ces répliques.

Bien que sorti en 2007, ce film est, hélas, toujours d'actualité et il a quelque chose de visionnaire dans sa description du processus du passage d'une dictature occidentalisée à un autre type de dictature, encore plus rétrograde et réactionnaire, processus qui est en train de se dérouler sous nos yeux dans la plupart des pays ayant connu le "printemps arabe", que ce soit l'Egypte, la Tunisie et peut-être demain la Syrie*, le Yémen et pourquoi pas le Maroc et l'Algérie...

* Pour la Syrie, à l’heure où je reprends ce billet, le pays, toujours dirigé par le dictateur Bachar El-Hassad, est en pleine guerre civile depuis 2011. Celle-ci a fait entre 100 000 et 150 000 morts et l’avancée des djihadistes qui se sont emparés d’une partie du pays, a poussé plusieurs millions de syriens hors du pays. On sait peu de choses sur ce qui se passe au Yémen mais les tensions y sont vives, de même qu’en Libye, depuis le renversement de Kadhafi où en Egypte où l’instabilité est quotidienne. Après une guerre civile, entre 1991 et 2002, presqu’aussi meurtrière  que celle que l’on voit se dérouler actuellement en Syrie, la situation en Algérie est stabilisée mais la paix y est fragile et en grande partie artificiellement maintenue par un régime totalitaire.  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vos commentaires, chers lecteurs, seront les bienvenus. Ils ne seront toutefois publiés qu'après modération et seront systématiquement supprimés s'ils comportent des termes injurieux, dans le cas de racisme, de caractère violent ou pornographique. Si vous souhaitez une réponse, n'envoyez pas un message anonyme mais laissez un nom ou un pseudo auquel je puisse vous contacter.