mardi 20 janvier 2015

LES YEUX DE SA MERE de Thierry Klifa (FR-2011)


Les Yeux de sa mère est un film français réalisé par Thierry Klifa, sorti en 2011.

Synopsis

Mathieu Roussel (Nicolas Duvauchelle) est écrivain. Son premier livre, Palimpseste, a connu un beau succès mais, depuis, il gagne sa vie en écrivant des biographies non autorisées et volontiers sulfureuses de stars. Pour son dernier livre, il a décidé de s'infiltrer dans la vie de la célèbre journaliste Lena Weber (CatherineDeneuve), qui présente depuis 15 ans le journal de 20 heures. Il se fait alors engager par elle comme assistant et, profitant de la confiance qu'elle lui témoigne, il rassemble des informations sur les côtés cachés de sa vie.

En effet, la fille de Lena, Maria Canalès (Géraldine Pailhas), qu'il a connue au début de sa carrière de danseuse étoile, n'a pas de très bonnes relations avec sa mère qu'elle ne voit pratiquement jamais car elle a passé une partie de sa vie en Espagne, élevée par sa tante Judit (Marisa Paredes).

Maria, quant à elle, après la mort de son père,  est revenue en France pour présenter l'action de son père, grande personnalité antifranquiste, mais aussi pour se remettre à la danse. Voulant repartir dans une nouvelle vie, elle décide aussi de retrouver son fils, Bruno, abandonné à sa naissance pour se consacrer à sa carrière de danseuse. Bruno (Jean-Baptiste Lafarge) a 17 ans et, élevé par des parents adoptifs et aimants, le couple Tremazan (Jean-Marc Barr et  Marina Foïs), il vit en Bretagne. Le père de Bruno, boxeur professionnel, a transmis sa passion à son fils et l'entraîne pour les championnats régionaux.

Un jour, alors qu'elle se prépare à son grand retour sur scène, Maria franchit le pas et envoie une lettre à Bruno dans laquelle elle lui demande pardon de l'avoir abandonné et où elle lui demande d'accepter de la revoir. La première réaction de Bruno, qui a suivi la carrière de sa mère biologique, est la colère et il répond négativement à son invitation.

Pendant ce temps, Mathieu (l’écrivain) se rapproche de Maria et il propose à cette dernière de se rendre en Bretagne pour faire des photos de son fils. Une fois sur place, il devient ami avec Bruno et ses parents et assiste au match de boxe de ce dernier. L’amitié entre Mathieu et Bruno prend un tour amoureux mais Mathieu, qui est devenu sincèrement amoureux de Maria, refuse les avances du jeune homme.

Au même moment, Lena, qui depuis 15 ans, était la journaliste vedette du 20 H, est remerciée par la chaîne. D'abord blessée dans son amour propre, elle met à profit ce répit pour se rapprocher de sa fille dont sa carrière l'a éloignée.

Après son gala de retour, Maria, qui a reçu les photos de son fils, est décidée à prendre le premier train pour se rendre en Bretagne et le rencontrer. Au moment où elle arrive à son appartement, sa mère, qui était venue lui parler, est sur le point de partir. La voyant, elle traverse la rue sans regarder et se fait renverser par un scooter. Maria est hospitalisée avec un traumatisme crânien et plongée dans un coma artificiel. Lena se retrouve à son chevet avec Judit et décide de prendre le train pour aller en Bretagne essayer de convaincre Bruno de venir voir sa mère dont on ne connaît pas le pronostic.
En débarquant sur le quai de la gare en Bretagne, Léna tombe sur Mathieu qui attendait Maria pour lui dire la vérité sur son travail et lui annoncer qu'il a laissé tomber. Léna, qui a découvert le "travail" de Mathieu, tout en lui apprenant ce qui est arrivé à Maria, lui dit aussi ses quatre vérités, lui demandant de les oublier, elle, Maria et Bruno. Mathieu est ébranlé par sa détresse et il repart pour Paris.

Lena, qui a l'habitude de prendre les choses et les gens de haut, s'y prend très mal avec Bruno et celui-ci se butte, sa première réaction du jeune homme étant d'envoyer promener sa grand-mère. Mais il finit par céder à ses arguments et reprend avec elle le train pour Paris. Cependant, dès son arrivée à Paris, il lui fait faux bond et, au lieu de prendre avec elle le direction de l'hôpital, il se rend chez Mathieu. Ce dernier l'héberge pour la nuit mais les choses ne vont pas plus loin entre eux. Bien qu'il soit en froid avec Lena, Mathieu l'appelle pour lui dire que Bruno est en sécurité chez lui. Le lendemain, ils se retrouvent tous à l'hôpital. Maria est hors de danger et, dans la dernière scène, on la voit quitter l'hôpital soutenue par Bruno et entourée de sa mère et de sa tante. Comme dans Paroles et musique, Mathieu, exclu de leur cercle reformé, les regarde tristement partir.

Distribution 
    
  • ·         Catherine Deneuve : Lena Weber
  • ·         Géraldine Pailhas : Maria Canalès
  • ·         Nicolas Duvauchelle : Mathieu Roussel
  • ·         Marisa Paredes : Judit Canalès
  • ·         Marina Foïs : Maylis Tremazan
  • ·         Jean-Marc Barr : Jean-Paul Tremazan
  • ·         Jean-Baptiste Lafarge : Bruno Tremazan
Critiques

J'ai lu sur ce film plusieurs critiques peu amènes : "mélo bobo-banché",  "mélo choral de la jet-set", "romance sentimentale et casting à forte valeur ajoutée" (Le Monde), "mélodrame aux accents quelque peu almodovariens" (Excessif), etc. Même si je n'ai pas souscrit à 100 % à ce film et que je partage, avec quelques autres spectateurs, un sentiment d'inachevé, je l'ai malgré tout bien aimé. Les acteurs sont bien dans leur rôle : Catherine Deneuve, excellente en star déchue et humanisée par cette déchéance, Géraldine Pailhas, bluffante dans le rôle d'une danseuse étoile, Marisa Paredes, royale et chaleureuse dans le rôle de la tante-mère de substitution de Maria, Nicholas Duvauchelle, toujours aussi troublant dans le rôle de l'auteur frustré devenu "fouille-merde" pour survivre. Mais la révélation du film est celle de Jean-Baptiste Lafarge, un jeune acteur de 17 ans, d'un magnétisme et d'un naturel d'autant plus étonnants que c'était son tout premier film. Gageons que nous entendrons parler de lui. La scène où il interprète la chanson "Ma fille" de Serge Reggiani est un pur moment d'émotion. Je voudrais aussi tirer un grand coup de chapeau au compositeur de la BO, un argentin du nom de Gustavo Santaolalla dont la musique qui accompagne le film est sublime du début à la fin. C’est ce même compositeur qui avait réalisé la BO du Secret de Brokeback Mountain.

Si vous avez aimé ce film, vous devriez aussi aimer :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vos commentaires, chers lecteurs, seront les bienvenus. Ils ne seront toutefois publiés qu'après modération et seront systématiquement supprimés s'ils comportent des termes injurieux, dans le cas de racisme, de caractère violent ou pornographique. Si vous souhaitez une réponse, n'envoyez pas un message anonyme mais laissez un nom ou un pseudo auquel je puisse vous contacter.