samedi 7 février 2015

PRETTY WOMAN comédie romantique de Garry Marshall (USA-1990)


Pretty Woman est une comédie romantique américaine réalisée par Garry Marshall, sortie en 1990.

Résumé

Alors qu'il est sur le point de racheter un concurrent au bord de la faillite, Edward Lewis (Richard Gere), un richissime et séduisant homme d'affaires, à la recherche de son hôtel, rencontre une jeune prostituée de Beverly Hills, Vivian Ward (Julia Roberts), qui se propose de lui montrer le chemin. Séduit par la jeune femme, Edward décide de l'inviter à passer la semaine avec lui, dans sa luxueuse chambre d'hôtel, pour bénéficier de ses « services ».

Sous sa vulgarité apparente, Edward devine que Vivian mérite mieux que le sort que lui a fait la vie : elle est non seulement délurée, mais intelligente et attachante et, l’homme d’affaire au cœur froid ui pour qui la vie se résume à dévorer ses concurrents, deviendra sensible à son charme et à son pragmatisme, alors qu'en contrepartie, elle sera touchée par sa courtoisie.

Chacun d'eux profitera de cette semaine pour mettre de l'ordre dans sa vie personnelle. Vivian comprendra qu'elle vaut plus que l'argent gagné par le biais de la prostitution, alors qu’Edward prendra conscience que sa fortune ne lui apporte pas le bonheur.

Le film met en scène l'histoire d'amour entre deux êtres que tout sépare, du moins en apparence (métaphoriquement, un prince charmant et une simple roturière), au beau milieu des somptueux quartiers de Beverly Hills. À cet égard, il peut être considéré comme un conte de fées moderne.

À noter, l'influence déterminante de Barney Thompson (Hector Elizondo) en très bienveillant directeur de l'hôtel, véritable deus ex-machina, qui influence favorablement les évènements, jusqu'à une fin heureuse pour les deux protagonistes.

Autour du film

A l’époque du tournage, Julia Roberts, était encore peu connue. Ce fut même un hasard si elle fut retenue pour le rôle de Vivian. En effet, elle fut choisie "par défaut", le rôle ayant été refusé par plusieurs actrices, parmi lesquelles Michelle Pfeiffer, Valeria Golino et Darryl Hannah qui le jugea "dégradant pour l'image de la femme". Quant au rôle masculin, il avait été proposé à Al Pacino qui le refusa à peu près pour les mêmes raisons.

Vivian et Edward vont voir La traviata de Verdi. Il s'agit d'une référence en opposition, puisque, dans l’opéra, Violetta est une courtisane, d'une certaine manière une prostituée. Mais au contraire de Vivian, elle est rejetée par son amant à cause des conventions sociales.

Le film a essuyé de vives critiques, notamment dans les milieux féministes, pour sa représentation de la femme jugée machiste et stéréotypée : entre la vulgaire prostituée et la luxueuse potiche, critique que mit notamment en exergue l'auteur et réalisatrice australienne Julia Leigh qui y vit une incitation ouverte à la prostitution.

Succès mondial du film

Avec environ 463 millions de dollars de recettes pour un budget de 14 millions de dollars,  le film, qui est encore à ce jour le plus gros succès de la carrière de Julia Roberts, rencontra un triomphe international sans précédent et est toujours bien accueilli lorsqu’il est diffusé à la télévision. En 1991, Julia Roberts reçut le Golden Globe de la meilleure actrice dans un film musical ou une comédie mais fut néanmoins recalée à l’Oscar de la meilleure actrice où elle avait pourtant été nominée.

J'adore ce film que j'ai vu plusieurs fois et que je viens de le revoir lorsqu'il est repassé récemment sur les chaînes françaises.

A voir dans le même esprit :


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vos commentaires, chers lecteurs, seront les bienvenus. Ils ne seront toutefois publiés qu'après modération et seront systématiquement supprimés s'ils comportent des termes injurieux, dans le cas de racisme, de caractère violent ou pornographique. Si vous souhaitez une réponse, n'envoyez pas un message anonyme mais laissez un nom ou un pseudo auquel je puisse vous contacter.