jeudi 5 février 2015

NUMERO QUATRE film de SF de D.J. Caruso (USA-2011)


Numéro Quatre (I Am Number Four) est un film de science-fiction américain de D. J. Caruso, basé sur le roman homonyme de Jobie Hughes et James Frey (sous le pseudonyme de « Pittacus Lore »).  Le film est sorti en 2011.

Résumé

Neuf extra-terrestres ayant l’apparence humaine se sont enfuis de leur planète d’origine, Lorien, pour se cacher sur Terre. En effet, leur planète a été détruite par un autre peuple extraterrestre, les Mogadoriens, qui pourchassent les rescapés sur Terre. Les neuf jeunes gens, chacun désigné par un numéro, possèdent leur propre gardien et vont développer des super-pouvoirs en atteignant l’âge adulte. Grâce à un sortilège lancé par un sage de leur planète, les derniers survivants de Lorien ne peuvent être tués que dans l’ordre croissant des numéros. Un, Deux et Trois ont déjà été tués. C’est donc le tour de Numéro Quatre (Alex Pettyfer) à devoir tout faire pour échapper à ses ennemis.

Sur Terre, Numéro Quatre a pris le nom de John Smith. Sous l’aspect d’un adolescent ordinaire, il  emménage, avec son gardien Henri, dans une maison située à Paradis dans l’Ohio. Malgré ses habitudes de solitaire, il rencontre Sam Goode (Callam McAullife), un garçon passionné par les extraterrestres et le surnaturel, et souffre-douleur de sa classe. Il devient également ami avec Sarah Hart (Dianna Agron), une jeune fille du Middle West passionnée de photographie, dont il tombe amoureux. Après avoir fui toute sa vie, Numéro quatre décide de rester dans cette ville. Il va cependant se rendre compte que son passé le met, lui et ses amis, en danger. Il doit donc relever la tête et se battre pour protéger celle et ceux qu’il aime.

Mon jugement sur ce film

Pour un fan de SF, comme moi, je ne pouvais rater ce film, d'autant que le réalisateur en est D. J. Caruso, qui avait réalisé Paranoïak avec Shia LaBeouf en 2007 qui, sans être un film incontournable, était un bon thriller... Malheureusement, Number Four m’a beaucoup déçu. Je ne sais ce que donnera la suite car ce film devrait être le premier d'une série de trois qui prétend, sans rire, vouloir « botter les fesses à Twilight ». Hélas, on en est loin, du moins avec ce premier film !
Ça commence pourtant assez bien : le héros, Number Four, alias John Smith est un lycéen et mène une vie idyllique sur la côte ouest des Etats-Unis. Lorsque le film commence, le héros, un beau gosse blond bien balancé et un peu creux, s'éclate en faisant du scooter des mers avec ses copains et frime devant ses copines. Parallèlement, on voit des sortes de flashes où plusieurs jeunes gens vivant sur une île apparemment paradisiaque sont agressés et tués par de mystérieux agresseurs...

Jusque-là, malgré un scénario archi téléphoné qui recourt à tous les poncifs du genre, cela pourrait passer mais le pire est à venir avec l'arrivée des fameux Mogadoriens, de vrais méchants, sortes de bykers surpuissants au crâne tatoué et aux armes d'un autre monde, qui ne reculent devant rien pour détruire leur cible et son protecteur. Dans la bagarre finale, le lycée est réduit en miettes, Mark (Jake Abel), le fils du shérif, sont sauvés par le héros extraterrestre qui part poursuivre son destin ailleurs, accompagné de son copain Sam, après avoir fait ses adieux définitifs à la belle Sarah qu'il ne veut pas entraîner avec lui dans un destin dangereux.

Bof, trois fois bof. Dommage pour Alex Pettyfer qui est vraiment pas mal et qui doit pouvoir être un bon acteur, à condition d'avoir un scénario digne de ce nom à se mettre sous la dent.
Or, ici, on a affaire au mieux à un des pires épisodes de séries mais en tout cas rien qui puisse faire un film.   

Pourtant, comme nous l'avons dit, le, réalisateur n'est pas un débutant. Pas plus que les producteurs  puisqu’il s’agit de Michael Bay et… Steven Spielberg. Quant au budget, il n'est pas négligeable puisqu’il s’élevait entre 50 et 60 millions de $, ce qui n'est pas rien.

Je n'ai pas lu le livre dont est tiré ce film "I am Number Four" : d'après les différents sites consultés, il semble qu'il y ait là aussi un léger problème. Le livre a été publié sous le pseudonyme de Pittacus Lore. Ce pseudonyme cache un duo d’auteurs, Jobie Hugues et James Frey qui ont été accusés d'avoir fait travailler, pour un salaire ridicule, des étudiants sur une série s'inspirant des recettes des best-sellers de la littérature de SF et de fantasy à la mode (Twilight, Percy Jackson, HarryPotter, Hunger Games, etc.) Si ces allégations sont vraies, on comprend que le scénario ne puisse pas être de grande qualité !

On nous annonce une suite (a "sequel" disent les américains) puisque la saga comporte trois titres (à ce jour, deux seulement sont parus) : elle devrait s'appeler "The power of Six" (Le pouvoir des Six) puisque Numéro 4 est appelé à retrouver ses 6 camarades encore épargnés et, en alliant leurs pouvoirs retrouvés, leur flanquer la raclée du siècle.

On comprendra, au vu de telles promesses, que tout cela ne saurait aller bien loin et, en aucune manière ne saurait être comparé à HarryPotter, Twilight ou Hunger Games qui sont, malgré toutes les critiques qu’on peut faire aux livres et aux films, d'un tout autre calibre.

Voyez plutôt :


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vos commentaires, chers lecteurs, seront les bienvenus. Ils ne seront toutefois publiés qu'après modération et seront systématiquement supprimés s'ils comportent des termes injurieux, dans le cas de racisme, de caractère violent ou pornographique. Si vous souhaitez une réponse, n'envoyez pas un message anonyme mais laissez un nom ou un pseudo auquel je puisse vous contacter.