dimanche 7 septembre 2014

PIECE MONTEE de Denys Granier-Deferre (F-2010)


Pièce montée est une comédie française réalisée par Denys Granier-Deferre, sortie en 2010, d'après le roman Une pièce montée de Blandine Le Callet.

Synopsis

Bérengère et Vincent, tous deux issus de familles bourgeoises, s'unissent religieusement entourés des leurs. La journée, qui commençait plutôt bien, se dégrade au fil des heures. Le mariage est vécu d'un point de vue différent par certains membres de la famille des jeunes mariés, et par les mariés eux-mêmes : secrets, rancœurs, malentendus et quiproquos se succèdent à l'ombre d'un très, très ancien secret… de famille.

Distribution

Jérémie Renier : Vincent
Clémence Poésy : Bérengère
Danielle Darrieux : Madeleine, la grand-mère de Bérengère
Jean-Pierre Marielle : Victor, le curé
Christophe Alévêque : Alexandre, le frère de Bérengère
Aurore Clément : Catherine, la mère de Bérengère
Julie Depardieu : Marie, la sœur célibataire de Bérengère
Léa Drucker : Hélène, la femme d'Alexandre
Julie Gayet : Laurence, une sœur de Bérengère
Dominique Lavanant : la mère de Vincent
Charlotte de Turckheim : Marie-Claire, la fille célibataire de Madeleine

Mon jugement sur ce film

Je ne serais certainement pas allé voir ce film au cinéma. Je l’ai vu parce qu’il passait sur France 3 le 27/8/2014 à une heure de grande écoute et, je dois le confesser, un peu aussi parce qu’y figurait la grande actrice Danielle Darrieux dans le rôle-pivot, celui de la grand-mère indigne.

Sans elle, cette comédie de mœurs « à la française » serait restée bien pitoyable, malgré les bonnes prestations des acteurs principaux qui font ce qu’ils peuvent avec un scénario bâclé et des dialogues sans esprit.

La seule vraiment, qui relève le niveau, c’est bien notre doyenne du cinéma français (97 ans cette année !), toujours aussi fraîche, toujours aussi adorable et juste. Je ne retiendrai qu’un moment de ce film : celui où, assise en retrait sur le banc de l’église où se déroule le mariage de sa petite fille, les sentiments qu’elle arrive à faire passer sur son visage quand elle regarde le vieux prêtre (honnête prestation de Jean-Pierre Marielle qui cabotine toutefois un peu trop), qui fut son amour de jeunesse et, on l’apprendra au cours de la seule scène vraiment drôle du film, le père de sa fille. Comme le dit Pierre Murat dans sa critique de Télérama : « Ce pourrait être ridicule mais non, grâce à elle, tout devient beau, doux, et triste, et fou… L’actrice et son personnage, soudain, n’ont plus d’âge, sinon celui de la passion. » Grâce à elle, le film est sauvé et, pour ces moments, il vaut d’être vu.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vos commentaires, chers lecteurs, seront les bienvenus. Ils ne seront toutefois publiés qu'après modération et seront systématiquement supprimés s'ils comportent des termes injurieux, dans le cas de racisme, de caractère violent ou pornographique. Si vous souhaitez une réponse, n'envoyez pas un message anonyme mais laissez un nom ou un pseudo auquel je puisse vous contacter.