dimanche 29 décembre 2013

LOVELY BONES de Peter JACKSON


Lovely bones

Film américano-néozélandais de Peter Jackson, sorti en 2010. Ce film est une adaptation du très beau livre d' Alice SEBOLD, La nostalgie de l'ange.

 Synopsis

 Une adolescente de 14 ans est assassinée par un voisin. Son corps n'est pas retrouvé. Mais, depuis un endroit qui n'est ni le paradis ni l'enfer - l'entre-deux - (selon l'expression de son petit frère), elle veille sur sa famille et lui donne des signes pour retrouver son meurtrier et surtout l'empêcher de tuer à nouveau.

Distribution
  • Saoirse Ronan (VF : Léopoldine Serre) : Susie Salmon, une jeune fille assassinée le 6 décembre 1973 à l'âge de 14 ans
  • Mark Wahlberg (VF : Bruno Choël) : Jack Salmon, le père de Susie
  • Rachel Weisz (VF : Laura Préjean) : Abigail Salmon, la mère de Susie
  • Stanley Tucci (VF : Bernard Alane) : George Harvey, l'assassin
  • Susan Sarandon (VF : Béatrice Delfe) : Grand-mère Lynn, la mère d'Abigail
  • Jake Abel (VF : Nathanel Alimi) : Brian Nelson, le petit ami de Clarissa
  • Michael Imperioli (VF : Raphaël Cohen) : Len Fenerman, l'inspecteur chargé de l'enquête
  • Rose McIver : Lindsey Salmon, la petite sœur de Susie âgée de 13 ans
  • Amanda Michalka : Clarissa, la meilleure amie de Susie sur Terre
  • Carolyn Dando : Ruth Connors, la fille qui aperçoit les âmes des morts
  • Reece Richie : Ray Singh, le petit ami de Susie
  • Christian Thomas Ashdale : Buckley Salmon, le petit frère de Susie âgé de 4 ans
  • Bill Fisher : Mr. Connors, le père de Ruth
  • Nikki SooHoo (VF : Dany Verissimo) : Denise Lee Ang, qu'on appelle Holly, qui est la meilleure amie de Susie dans l'au-delà
  • Stefania Owen : Flora Hernandez, petite fille elle aussi assassinée par George Harvey, avant Susie
 Mon opinion sur le film

J'avais lu le livre d’Alice Sebold que j'avais trouvé beau, émouvant et surtout, malgré le sujet morbide (celui de l'assassinat d’une jeune fille), plein d'un optimisme et d'une joie de vivre salutaires. Le film qui en a été tiré est décevant.
Bien qu'il ait réalisé son premier film en 1976, Peter JACKSON, réalisateur néo-zélandais, devenu célèbre grâce à l'adaptation de la trilogie du Seigneur des anneaux (2001-2003), n'est pas habitué à faire dans la finesse. A l'époque, j'avais fait preuve d'indulgence par rapport à son adaptation tonitruante de Tolkien, convaincu que, quel que soit le réalisateur qui s'y serait frotté, il s'y serait cassé les dents, je l'avais trouvé courageuse sa tentative. Malgré bien des défauts (dont la longueur et la répétitivité des scènes de combats - qui, ceci dit, sont aussi présentes dans les livres), j'avais jugé l'aventure relativement réussie surtout en raison d'un casting éblouissant (Elijah Wood et son extraordinaire regard restera à jamais indissociable pour nous tous du personnage de  "Frodon", quant à Orlando Bloom, il restera aussi, pour tous ceux qui l’ont découvert alors, le magnifique elfe Legolas; les autres acteurs, Viggo Mortensen, Liv Tyler, Cate Blanchett, ont aussi conquis, grâce à ces films, leurs lettres de noblesse).
Ce succès est sans doute monté à la tête du réalisateur qui a poursuivi sur sa lancée avec un remake catastrophique de King Kong (2005), qui fut, lorsqu'il est sorti, le film le plus cher de tous les temps. Bien que lancé à grand tapage, et faisant un nombre impressionnant d'entrées, je le considère (et je ne suis pas le seul) comme un très mauvais remake du pourtant hélas terriblement dépassé King Kong de 1933. Depuis... Plus rien.
 Malheureusement, l'adaptation de La nostalgie de l'ange aurait dû être confiée à un réalisateur doué de plus de sensibilité et de finesse. Celle qu'en a fait Peter Jackson est en tout point décevante et très en-dessous des qualités intrinsèques du livre. Je ne saurais mieux dire que Samuel Douhaire dans sa critique de Telerama (n°3135/10 février 2010) :

 "La chronique du deuil familial aurait largement suffi à nourrir Lovely Bones. Mais Jackson a également voulu tâter du thriller. Résultat, les deux sont bâclés, caricaturaux (...) Le tout est filmé avec la finesse d'une charge d'orques dans Le Seigneur des anneaux. Quant à la représentation de l'au-delà, elle oscille entre le chromo sulpicien et l'esthétique lisse d'une pub pour parfum. Si le paradis ressemble à ça, non merci."

Hélas, n'est pas Stephen King qui veut ! En tout cas, pas Peter Jackson. 

Mon classement : 2/5 (très décevant)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vos commentaires, chers lecteurs, seront les bienvenus. Ils ne seront toutefois publiés qu'après modération et seront systématiquement supprimés s'ils comportent des termes injurieux, dans le cas de racisme, de caractère violent ou pornographique. Si vous souhaitez une réponse, n'envoyez pas un message anonyme mais laissez un nom ou un pseudo auquel je puisse vous contacter.