lundi 31 juillet 2017

HOMMAGE A JEANNE MOREAU


Hommage à Jeanne Moreau, une immense actrice et une femme libre.

Par un message de France Info datant d’aujourd’hui (31/07/2017), nous apprenons le décès de Jeanne Moreau à son domicile, dans sa 89ème année.

Je reprends ici le communiqué de presse, non signé, de France Info :

« Elle quitte le tourbillon de la vie. Le cinéma français perd l'une de ses plus grandes représentantes. Jeanne Moreau est morte à l'âge de 89 ans, lundi 31 juillet. Elle a été retrouvée sans vie à son domicile parisien, a précisé Jeanne d'Hauteserre, maire du 8e arrondissement, confirmant une information du magazine Closer. Elle a notamment joué dans Jules et Jim de François Truffaut, Le Journal d'une femme de chambre de Luis Buñuel et Les Amants de Louis Malle. »

Jeanne Moreau a été récompensée par le prix d'interprétation féminine du Festival de Cannes en 1960 pour le rôle d'Anne Desbarèdes dans Moderato Cantabile de Peter Brook. Elle avait aussi obtenu le César de la meilleure actrice pour La Vieille qui marchait dans la mer en 1992. L'actrice avait tourné avec les plus grands réalisateurs français comme François Truffaut ou André Téchiné, et internationaux, comme Orson Welles ou Wim Wenders. »

A 19 ans, elle lâche une carrière prometteuse à la Comédie Française, scandalisant ses collègues, pour suivre Jean Vilar qui venait de créer le Festival d’Avignon. Dès 1947, elle y joua dans trois pièces, dont un Shakespeare, puis, en 1951, aux côtés de Gérard Philippe, dans un inoubliable Prince de Hombourg mis en scène par Jean Vilar.

Jeanne Moreau était une grande actrice et une belle personne : bien qu’elle ait toujours refusé l’étiquette de « féministe », elle soutint le combat de Simone Veil pour la légalisation de l’avortement et signa le « Manifeste des 343 salopes » qui reconnaissaient avoir été contraintes à avorter au moins une fois dans leur vie.  

Elle avait aussi toujours refusé tout engagement politique, ce qui ne l’empêchait pas de dire, haut et fort et parfois même crûment, ce qu’elle pensait car Jeanne Moreau était, avant, tout, une femme libre. Comme le dit La Croix, elle avait « le don de l’insoumission »[1]

En 2008, elle afficha son soutien aux sans-papiers en enregistrant deux émouvantes lettres diffusées dans le monde entier.

En 2009, elle s’était violemment prononcée contre la loi Hadopi, déclarant[2] :

« Oui, c’est vraiment du vent cette histoire ! C’est un projet de loi inapplicable, sans aucun fondement. On nous a beaucoup dit, pour lui donner du crédit, que même des gens de gauche le soutenaient, certains ont même écrit que le PS les avait déçus en s’y opposant. Mais je ne suis pas sûre que ces artistes-là votent encore à gauche… Enfin bon, c’est une question de génération. Aujourd’hui, les jeunes artistes se font connaître par internet, par la gratuité, c’est absurde de vouloir s’y opposer. Laissez-les voler, les internautes, c’est pas eux les bandits ! »

Et dans la même interview, voilà ce qu’elle disait sur la politique culturelle et les politiques en général :

« Ah oui, bien sûr ! J’ai de vrais emportements quand j’observe ce qu’il se passe. Mais les emportements, ça ne sert pas à grand-chose. Je vais voter, croyez-moi ! (Rires). Les gens qui s’abstiennent, ça me retourne. Je dis à mes amis qui ne vont pas voter : “Mais l’Etat, c’est nous ! Ces gens-là, les responsables politiques, sont nos employés. Parce que nous votons, nous les embauchons. L’Elysée, c’est nous, c’est notre argent.” Comment peut-on refuser la possibilité de s’exprimer là-dessus ? »

En 2012, lors d’une rencontre avec Stéphane Hessel, organisée par l’Obs[3] ; extrait :

- S. Hessel : « On me dit, Jeanne, que vous êtes une « indignée ». On me fait toujours le coup, maintenant, depuis que j'ai publié ce petit bouquin[4] : « Vous n'êtes pas le seul indigné, il y en a d'autres.» Ainsi, Jeanne Moreau est une indignée perpétuelle. (…) Nous vivons dans un monde qui mérite toutes les révoltes. Si vous vous considérez comme une révoltée, vous avez raison. »
- J. Moreau : « Quand j'ai vu le titre de votre livre, je me suis dit : « Moi, je suis révoltée.» Je n'ai jamais dit à personne que j'étais indignée, mais toute ma vie est celle d'une révoltée. Je me suis révoltée contre l'autorité paternelle pour arriver à être ce que je suis. Enfant, je me suis révoltée contre les adultes, je les trouvais trop cons (…) Maintenant je pourrais grimper sur des barricades mais, malheureusement, j'ai passé l'âge. Je suis devenue révolutionnaire trop tard. Les scandales politiques ou financiers s'accumulent. On parle sans cesse de transparence alors que tout est obscur : abus de pouvoir, appât de l'argent. »
-L’Obs : « Stéphane Hessel, une cause vous tient à cœur depuis de nombreuses années, celle des sans-papiers et des immigrés. Jeanne Moreau, en 2008, vous avez lu et enregistré deux lettres ouvertes à Brice Hortefeux à l'appel de RESF (Réseau Education sans Frontières) où vous affirmez qu'en tant que citoyenne française vous avez honte de l'accueil fait aux immigrés, ces gens qui ont le courage de tout quitter. Comment ce combat vous réunit-il ? »   
- J. Moreau : « J'ai du sang arabe, vous savez (…) Alors, oui, j'ai enregistré deux lettres admirables qui ont été diffusées par internet dans le monde entier, même au Japon. J'avais été invitée par Ariane Mnouchkine, cette femme magnifique du Théâtre du Soleil, pour une réunion en soutien aux sans-papiers. Et j'ai choisi deux lettres proposées par RESF. Souvenez-vous qu'à l'époque quiconque venait en aide à un sans-papiers pour l'héberger était menacé de poursuite : 60.000 euros d'amende et la prison. J'ai signé le manifeste. J'ai dit : « Si je peux protéger et abriter quelqu'un, je le ferai.» (…) Il faut résister. J'admire le parcours de Stéphane Hessel. De Gaulle, la Résistance, les camps, son évasion. Mais l'espoir... Moi, par moments je me réveille et je n'ai plus d'espoir. Je suis désespérée et donc je peux devenir violente. [A propos de sa carrière] : « On m'a toujours proposé des rôles de femme indépendante et révoltée. Regardez aujourd'hui à qui sont identifiées les femmes, avec l'histoire DSK. La femme est présentée comme une enjôleuse, un morceau de bifteck auquel il ne peut pas résister. Pour les parties fines, si on ne lui a jamais demandé d'argent, c'est parce que pour lui les femmes brûlent du désir de s'envoyer en l'air avec lui. Elles sont donc un produit de consommation courante, des « copines » que les hommes se refilent entre eux ! Mais enfin ce n'est pas possible ! Je n'ai jamais fait partie d'un groupe de féministes, je n'aime pas les groupes. Je mène ma vie en féministe, dans mes actions quotidiennes, même les plus infimes - respect pour l'une, respect pour l'autre (…). »

 En 2013, elle soutint l'une des Pussy Riot, emprisonnée en Russie, et décide de lire une lettre au micro de France Culture et de Mediapart pour "exprimer (sa) révolte"

En 2015, elle signa une tribune dans le Monde pour rappeler à François Hollande quelques-unes de ses nombreuses promesses de campagne non tenues pendant le quinquennat.

Elle avait déclaré : « A mon âge, je ne peux plus monter sur les barricades (…). Je prends la parole pour exprimer ma révolte. Je veux toucher le plus de monde possible pour dénoncer ce qui arrive à cette jeune femme dont la vie est en danger ».

Personnellement, à part son inoubliable interprétation du « Tourbillon de la vie », dans Jules et Jim, sa prestation qui m’a le plus marqué au cinéma, c’est, en 1967, son rôle dans la Mariée était en noir de Truffaut. Elle est aussi éblouissante dans le rôle de Marguerite Duras dans le biopic Cet amour-là, de Josée Dayan, aux côtés d’Aymeric Demarigny (2001).

Au revoir, Jeanne. Nous n'oublierons ni ton visage, ni ta voix.  




[1] Arnaud Schwarz, La Croix, 31/7/2017.
[2] Loi visant à pénaliser le téléchargement sur Internet. Cf. « Jeanne Moreau à Avignon, interview », in : Les Inroks, 08/07/2009.  
[3] "Toute ma vie est celle d'une révoltée" : quand Jeanne Moreau s'entretenait avec Stéphane Hessel. L’Obs, 2 janvier 2012. Toute l’interview est passionnante à lire : http://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20111221.OBS7300/jeanne-moreau-stephane-hessel-la-rencontre.html
[4] Indignez-vous ! Montpellier, Indigène éd., 2010. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vos commentaires, chers lecteurs, seront les bienvenus. Ils ne seront toutefois publiés qu'après modération et seront systématiquement supprimés s'ils comportent des termes injurieux, dans le cas de racisme, de caractère violent ou pornographique. Si vous souhaitez une réponse, n'envoyez pas un message anonyme mais laissez un nom ou un pseudo auquel je puisse vous contacter.