mardi 14 février 2017

IL A DEJA TES YEUX comédie de Lucien JEAN-BAPTISTE (FR-2017)


Il a déjà tes yeux est une comédie française réalisée par Lucien Jean-Baptiste. Le film est sorti en salles en février 2017.

Résumé

Paul (Lucien Jean-Baptiste) et Salimata ‘Sali’ Aloka (Aïssa Maïga) ont fait une demande d’adoption. Après une longue attente, ils sont aux anges lorsqu'on les convoque enfin à l'ASE (Aide Sociale à l'Enfance) pour leur proposer d’adopter Benjamin, âgé de 4 mois. Bien que tous les deux soient Noirs et que l'enfant soit un adorable bébé blanc aux yeux bleus, ils acceptent. L’assistante sociale chargée de leur dossier, Claire Mallet (Zabou Breitman), n'est pas enthousiaste pour ce type d'adoption mais son chef, Monsieur Vidal (Michel Jonasz) lui rétorque qu’il ne voit pas où est le problème puisqu’il est admis depuis longtemps que des couples Blancs adoptent des enfants Noirs et qu'il serait temps que des Noirs adoptent un enfant Blanc. 

Mais c’est sans compter sur toutes les résistances que peut opposer la société aux changements. La principale des résistances vient des parents de Sali qui, bien qu'ils vivent depuis plus de 30 ans en France, restent très attachés à la tradition. Mamita (l'inénarrable Marie-Philomène Nga), la mère de Sali, finit par se laisser convaincre, mais pas son mari, Ousmane (Bass Dhem).

Alors que Mamita garde Benjamin, elle le confie à l'une de ses copines et c'est la catastrophe que l'on attendait pas. La copine qui promenait tranquillement l'enfant, est arrêtée et on la soupçonne pêle-mêle d'avoir enlevé Benjamin et d'être sans papier. Suite à ce quiproquo à la fois dû au racisme et à l'absurdité administrative, Benjamin est retiré à la famille d’adoption. L'assistante sociale qui s'était toujours opposée à l'adoption triomphe. Mais, séparé de sa famille, le bébé ne s'alimente plus et dépérit et il doit être hospitalisé. 

Les parents adoptifs, Mamita, qui est indirectement responsables des événements qui ont déclenché cette situation ubuesque, et leurs amis vont à l’hôpital, très angoissés. Après des menaces du personnel et de la police, tout le monde se rend compte qu'il s'agit d'un malentendu, et Benjamin est rendu à sa nouvelle famille, enfin accepté de tous.

Mon opinion

Certes le film est une comédie mais il pose de vrais problèmes, en premier celui du véritable parcours du combattant que rencontrent des parents désireux d’adopter, celui de l’absurdité du système administratif mais aussi celui du racisme qui n’est pas que l’apanage des Blancs envers les Noirs puisqu’ici, les évènements dramatiques qui conduisent à l'hospitalisation de Benjamin, viennent en priorité de l’attitude intransigeante d’un policier Noir qui fait du racisme "anti-Noir" ! 

Après Box 27, où elle jouait déjà le rôle d’une assistante sociale, Zabou Breitman se retrouve à nouveau dans ce rôle. Mais autant elle était sympathique bien que maladroite dans le téléfilm précédent, autant elle est antipathique dans celui-ci. On ne sait si elle est tout simplement raciste ou bêtement psychorigide, mais elle incarne à elle seule toute l’étroitesse d’esprit que l’on peut rencontrer chez certains fonctionnaires, en particulier dans un domaine où l'on devrait faire le plus preuve d’empathie . 

Heureusement tout se termine bien mais, pendant un moment, on craint le pire. Ce film pourrait être réussi sans la scène finale de la course-poursuite dans l’hôpital qui aurait pu être évitée. Quant aux acteurs, ils sont parfaits, la plus remarquable étant Marie-Philomène Nga, éblouissante de naturel. Quant aux deux acteurs les plus connus, Zabou Breitman et Vincent Elbaz, ils manquent de finesse.  
Ce film, dont le sujet profond est l’adoption et ses difficultés, m’en a rappelé un autre : 100 %Cachemire de (et avec) Valérie Lemercier qui s’était mise en tête d’adopter un enfant russe de 7 ans comme elle aurait adopté un animal domestique. Evidemment, comme on aurait pu s’en douter, les choses ne se passent pas bien, Mais, si 100 % cachemire était avant tout fait pour faire rire (mais pas que…), Il a déjà tes yeux apporte en outre une touche de tendresse et d’humanité qu’il n’y avait pas dans le film de Valérie Lemercier.   

Dans le même esprit, vous pouvez voir : 

Demain, tout commence (2016)

1 commentaire:

  1. Bonjour Roland, Benjamin est un "boutdechou" adorable. J'ai beaucoup apprécié ce film. Bonne après-midi.

    RépondreSupprimer

Vos commentaires, chers lecteurs, seront les bienvenus. Ils ne seront toutefois publiés qu'après modération et seront systématiquement supprimés s'ils comportent des termes injurieux, dans le cas de racisme, de caractère violent ou pornographique. Si vous souhaitez une réponse, n'envoyez pas un message anonyme mais laissez un nom ou un pseudo auquel je puisse vous contacter.