dimanche 9 octobre 2016

MISS PEREGRINE ET LES ENFANTS PARTICULIERS de Tim BURTON (USA-GB, 2016)


Miss Peregrine et les Enfants particuliers (Miss Peregrine's Home for Peculiar Children) est un film américano-belgo-britannique réalisé par Tim Burton, sorti en 2016. Le film est l'adaptation cinématographique du roman Miss Peregrine et les Enfants particuliers de Ransom Riggs, publié en 2011. La 20th Century Fox acquiert très rapidement les droits, en mai 2011. Un partenariat avec la société Chernin Entertainment est ensuite signé pour la production. En novembre 2011, Deadline.com rapporte que Tim Burton est en négociations pour réaliser le film. En décembre 2011, Jane Goldman est engagée pour écrire le scénario, alors que Tim Burton n'est pas encore confirmé comme réalisateur. En juillet 2014, Eva Green est annoncée pour jouer le rôle de Miss Peregrine. En septembre 2014, Asa Butterfield a passé avec succès les auditions mais n'a pas encore officiellement décroché le rôle. En novembre 2014, Ella Purnell obtient un rôle et Asa Butterfield est confirmé. Le 6 février 2015, Samuel L. Jackson rejoint la distribution dans le rôle de Mr. Barron. La distribution se complète ensuite avec les arrivées de Terence Stamp, Chris O'Dowd, Rupert Everett, Kim Dickens et Judi Dench en mars 2015.

Synopsis

Jacob « Jake » Portman (Asa Butterfield) est un adolescent ordinaire de 16 ans vivant en Floride en 2016. Lorsque son grand-père Abe (Terence Stamp), auquel il est très attaché, décède, il est le seul à trouver les circonstances de son décès mystérieuses.

Après le décès de son grand-père, Jake fait des cauchemars qui poussent ses parents à lui faire consulter une psychologue. Il lui raconte que, parmi les histoires que lui racontait son grand-père, revenait constamment celle d’un mystérieux orphelinat situé sur une île du Pays de Galles, et des enfants aux dons surnaturels qui y vivaient, protégés par une jeune femme du nom de Miss Peregrine.
Pour l’aider à faire son deuil, la psychologue conseille aux parents de Jake de l’emmener quelques jours sur cette île pour qu’il constate par lui-même que les histoires de son grand-père étaient une pure invention.

Jake et son père se rendent alors sur l’île de Cairnholm. A leur arrivée, Jake trouve l’orphelinat inhabité et en ruine. Les gens du village lui apprennent qu’il est dans cet état depuis qu’il a été bombardé en 1943 par l’aviation allemande et que tous ses occupants ont péri.

Mais, alors qu’il se promène seul, Jake rencontre des enfants qui le font traverser le miroir et lui révèlent que l’orphelinat existe toujours dans une boucle temporelle. Jake fait ensuite la connaissance de l’étrange Miss Peregrine (Eva Green) qui veille sur ses non-moins étranges pensionnaires : Ce sont tous « les « enfants particuliers » doués de dons surnaturels :

-          - Emma, qui est plus légère que l’air (Ella Purnell)
-          - Millart (Cameron King), un petit garçon qui reste invisible à moins qu’il ne soit habillé
-          - Bronwyn (Pixie Davies), une frêle fillette à la force herculéenne
-          - Fiona (Giorgia Pemberton) qui accélère la croissance des plantes
-          - Olive (Lauren McCrostie), qui met le feu à ce qu’elle touche
-          - Horace (Hayden Keeler-Stone) qui fait des rêves prophétiques et peut les projeter sur un écran de cinéma
-         -  Hugh (Milo parker) qui héberge des abeilles dans le corps
-          - Claire (Raffiella Chapman), une adorable fillette qui dissimuke une bouche à l'arrière de sa tête
-         -  Les jumeaux masqués dont le regard pétrifie ceux vers qui il est dirigé
-         -  Victor (Louis Davison) qui vit tout en étant mort
      - Enoch (Finley MacMilan) qui donne (ou redonne) vie à n’importe quelle créature

Mon opinion sur ce film

Je ne suis pas un grand fan de Tim Burton qui nous a trop habitué à de granguignolesques pitreries et dont j’ai détesté la plupart des films (à part l'émouvant Edward aux mains d’argent, ou les poétiques Noces funèbres). Si je suis allé voir celui-là, c’est en raison d’une distribution prometteuse (en particulier Asa Butterfield, que j’adore et suis depuis Le garçon au pyjama rayé et le très beau Hugo Cabret, sans oublier son extraordinaire prestation d'un jeune autiste dans Le monde de Nathan). 

Un film à la fois élégant, poétique, dérangeant, à mon avis un excellent film fantastique, peut être même le meilleur qu'a jamais réalisé Tim Burton.         

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vos commentaires, chers lecteurs, seront les bienvenus. Ils ne seront toutefois publiés qu'après modération et seront systématiquement supprimés s'ils comportent des termes injurieux, dans le cas de racisme, de caractère violent ou pornographique. Si vous souhaitez une réponse, n'envoyez pas un message anonyme mais laissez un nom ou un pseudo auquel je puisse vous contacter.