samedi 5 octobre 2013

LE CONCERT de Radu Mihaileanu (FR-IT-B-RU/2009)



Titre : Le Concert
Réalisation : Radu Mihaileanu
Scénario : Radu Mihaileanu et Alain-Michel Blanc.
Dialogues : Radu Mihaileanu.
Collaboration : Matthew Robbins. D'après une histoire originale de Héctor Cabello Reyes, avec Thierry Degrandi.
Musique originale : Armand Amar
Photographie : Laurent Dailland
Décors: Stanislas Reydellet, Christian Nicolescu
Montage : Ludo Troch
Date de sortie : 4 novembre 2009 en France
Durée : 119 minutes

Synopsis 

Lé début du film se déroule à Moscou. À l'époque de Brejnev, Andrei Filipov était le plus grand chef d'orchestre de l'Union soviétique et il dirigeait le célèbre Orchestre du Bolchoï. Mais après avoir refusé de se séparer de ses musiciens juifs, dont son meilleur ami Sacha, et surtout de sa soliste Léa, il a été interrompu en plein concert, avant le final d'un concerto de Tchaikovsky, et licencié au faîte de sa gloire. Trente ans plus tard, il travaille toujours au Bolchoï mais il a été rétrogradé en tant qu'homme de ménage. 

Un soir, alors qu'Andrei est resté plus tard que d'habitude pour astiquer le bureau du maître des lieux, il tombe sur un fax adressé à la direction du Bolchoï : il s'agit d'une invitation faite au célèbre théâtre moscovite adressée par le Théâtre du Châtelet à Paris pour convier l'orchestre officiel du Bolchoï à venir jouer en France en raison d'un désistement de l'orchestre de Los Angeles. 

Andrei a une idée folle : pourquoi ne pas réunir ses anciens amis musiciens, qui vivotent aujourd'hui en exreçant de petits boulots, et les emmener à Paris, en se faisant passer pour le Bolchoï ? Dans sa réponse qu'il faxe au nom du Bolchoï, il exige la participation de la grande soliste Anne-Marie Jacquet. Andréi va enfin pouvoir prendre sa revanche sur ceux qui ont fait de lui un paria : il pourra non seulement achever son concerto interrompu peu avant la fin mais aussi  renouer les fils de son glorieux passé.

Distribution 

  • Aleksei Guskov : Andreï Semoinovitch Filipov
  • Mélanie Laurent : Anne-Marie Jacquet
  • Dmitri Nazarov : Aleksander Abramovitch 'Sacha' Grossman
  • Valeriy Barinov : Ivan Gavrilov
  • François Berléand : Olivier Morne Duplessis, le directeur du Théâtre du Châtelet
  • Miou-Miou : Guylène de La Rivière, l'agent d'Anne-Marie Jacquet
  • Lionel Abelanski : Jean-Paul Carrère, l'employé du Théâtre du Châtelet
  • Vasile Albinet : Tueur russe
  • Laurent Bateau : Bertrand
  • Ramzy Bedia : Ahmed, le patron du Trou Normand
  • Ovidiu Cuncea
  • Maria Dinulescu : Mashenka, la mariée
  • Roger Dumas : Maurice dit Momo
  • Guillaume Gallienne : Raymond Laudérac
  • Anna Kamenkova Pavlova : Irina Filipovna, la femme d'Andreï
  • Aleksandr Komissarov : Victor Vikitch
  • Ion Sapdaru
  • Valentin Teodosiu

 Commentaires

Lors de la diffusion du film au cinéma, l'introduction s'accompagnait d'un extrait de l'Allegro moderato du concerto pour violon en ré majeur, op. 35, de Tchaïkovski, où Filipov mime depuis le balcon le rôle du chef d'orchestre. Cet extrait fut changé lors de sa diffusion en DVD et remplacé par le Concerto pour piano n° 21 en ut majeur (K. 467) de Mozart, mouvement n°2, Andante. On retrouve l'ancien extrait dans la bande-annonce du film.

Le morceau joué lors de la scène finale est constitué d'extraits du concerto pour violon en ré majeur (Скрипичный концерт en russe), op. 35, de Tchaïkovski.

Pour apprendre à tenir l'instrument et à imiter les gestes d'un violoniste, Mélanie Laurent, qui est gauchère, a suivi des cours de violon avec Sarah Nemtanu, d'origine roumaine, premier violon solo de l'Orchestre National de France et interprète de la bande-son du concerto de la scène finale. Sarah Nemtanu a de qui tenir, car elle est la fille de Vladimir Nemtanu, soliste à l'ONBA de Bordeaux, et d'une mère cantatrice. Pendant six mois la violoniste a formé l'actrice pour que les mouvements de l'archet et de la main droite soient plus réalistes. Pour rendre les scènes où "joue" Mélanie Laurent plus crédibles, Radu Mihaileanu a eu recours à une doublure manuelle. C'est donc la main de Mathilde Borsarello (violoniste aussi à l'Orchestre National de France et 4e lauréate du concours Long-Thibaud 2010) que l'on voit sur les gros plans du film et non celle de Mélanie Laurent. 

Ma critique

J'ai beaucoup aimé ce film qui dénonce toute l'absurdité d'un régime totalitaire à travers des situations d'une cocasserie savoureuse. Le film contient aussi de beaux moments de pure émotion et démontre que la musique peut réconcilier l'inconcilable. Magnifique prestation d'Alexei Guskov  (le chef d'orchestre) et rôle  exceptionnel pour Mélanie Laurent.  

Mon classement : 4,5/5 Un enchantement. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vos commentaires, chers lecteurs, seront les bienvenus. Ils ne seront toutefois publiés qu'après modération et seront systématiquement supprimés s'ils comportent des termes injurieux, dans le cas de racisme, de caractère violent ou pornographique. Si vous souhaitez une réponse, n'envoyez pas un message anonyme mais laissez un nom ou un pseudo auquel je puisse vous contacter.