lundi 16 septembre 2013

DE GRANDES ESPERANCES d'Alfonso Cuaron (USA-1998)


Film américain d'Alfonso Cuaron sorti en 1998 avec Ethan Hawke et Gwyneth Paltrow, dans les rôles principaux. L'histoire, (très) librement adaptée du classique de Charles Dickens, Great expectations, se déroule, de nos jours, aux Etats-Unis.  

Synopsis

L'histoire de Dickens est transposée à notre époque, en Floride. Dans le film, Pip s'appelle Finn (Finnegan). Au lieu d'être le neveu d'un forgeron, il est celui d'un pêcheur. Comme dans Dickens, l'enfant, qui pêche dans le golfe du Mexique, va se trouver confronté avec un forçat en fuite (éblouissant Robert De Niro auquel on pardonnera son cabotinage tant il l'assume dans ce film avec perfection) et, moitié par peur, moitié parce qu'il est bon, il lui viendra en aide en lui apportant médicaments et nourritures. 

Sans qu'il le sache, ce geste transformera sa vie. Car Finn est appelé à une grande carrière. Enfant, il passe son temps à dessiner : il dessine tout ce qu'il voit en y ajoutant une touche de rêve et d'imaginaire.  Il faut d'ailleurs saluer l'illustrateur du film, un artiste italien du nom de Francesco Clemente, pour les œuvres originales qu'il a réalisées. En les voyant, on ne peut s'empêcher de penser à des esquisses de Matisse ou de Picasso, avec, pour la naïveté, une touche du Douanier Rousseau...

Finn a grandi : il est devenu un jeune homme (Ethan Hawke, touchant de naïveté et de timidité) et ses rêves de peinture se sont enfuis. Il s'est résolu à accepter la vie qui s'offre à lui et qui se résume à donner la main à son oncle et devenir pêcheur à son tour. Un jour, il reçoit la visite d'un avocat qui lui offre un billet pour aller exposer dans l'une des galeries les plus en vue de New-York. Qui est le mystérieux mécène ? Finn pense (et nous avec) qu'il ne peut s'agir que de Mrs Dora Dinsmoor, la vieille folle richissime (remarquable prestation d'Anne Bancroft) qu'il allait voir, lorsqu'il était petit garçon, dans son domaine délabré de "Paradiso perdido" ("paradis perdu"). C'est là qu'il avait rencontré Estella, la nièce de la vieille dame, une petite fille perdue et fantasque, dont il était tombé amoureux et qui avait été son premier modèle.

A New-York, il retrouvera Estella, belle, mariée mais malheureuse (Gwyneth Paltrow) qui traîne son mal-être d'un cocktail à un autre. Ils retomberont évidemment immédiatement dans les bras l'un de l'autre. On aurait aimé que ces deux-là soient heureux, mais le temps, la vie, leurs destinées trop différentes et trop complexes, les ont trop éloignés pour qu'ils puissent trouver le bonheur ensemble.

Ils se retrouveront néanmoins, la passion apaisée, dans le domaine en ruine de "Paradiso perdido" qui n'a jamais aussi bien porté son nom pour une fin nostalgique et désabusée.

Mon opinion sur ce film

Ne vous laissez surtout pas décourager par l'affiche (reprise sur la jaquette du DVD), qui est littéralement affreuse et ne donne pas envie de glisser le DVD dans le lecteur. Ce serait passer à côté d'une véritable pépite. 

Alfonso Cuaron est un réalisateur mexicain qui n'est pas très connu en France malgré une importante filmographie. Avant de voir ce film, je ne connaissais de lui que Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban -  qu'il a réalisé et qui est loin d'être le meilleur de la série. Je savais aussi qu'il avait produit le sulfureux et éprouvant Labyrinthe de Pan de son ami Guillermo del Toro.

De grandes espérances est un film baroque, tendre, sensible, comme une peinture impressionniste qui se serait égarée du côté des surréalistes. Nous sommes évidemment très loin du roman de Dickens mais il se dégage néanmoins de cette adaptation le même sentiment doux-amer d'inachevé, de ratage, d'amertume.

Beau cependant, bien filmé, remarquablement joué. Et l'on n'oubliera pas de sitôt les œœuvres naïves décalées et magiques de Francesco Clemente...

Pour une adaptation plus traditionnelle du roman de Dickens, vous pouvez voir : De grandes espérances de Brian Kirk (2011)

Si vous avez aimé ce film, je vous recommande aussi :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vos commentaires, chers lecteurs, seront les bienvenus. Ils ne seront toutefois publiés qu'après modération et seront systématiquement supprimés s'ils comportent des termes injurieux, dans le cas de racisme, de caractère violent ou pornographique. Si vous souhaitez une réponse, n'envoyez pas un message anonyme mais laissez un nom ou un pseudo auquel je puisse vous contacter.