dimanche 26 février 2017

JAMES DEAN (1931-1955)


James Dean dans La fureur de vivre (1955)


James Byron Dean, né le 8 février 1931 à Marion (Indiana) et mort le 30 septembre 1955 à Cholame (Californie), est un acteur américain.

Son interprétation d'un adolescent rebelle et fragile dans le film La Fureur de vivre a fait de lui, pour toute une génération, le symbole d'une jeunesse en désarroi. Son décès tragique et prématuré, aux prémices de sa gloire, participe au mythe et à son inscription au panthéon du cinéma américain.

Fait unique, il est nommé deux fois à l'Oscar du meilleur acteur à titre posthume. Il compte aussi parmi les rares acteurs (cinq au total) à avoir été nommés dans cette catégorie pour son premier rôle.

Biographie

Enfance

Fils unique de Winton Dean (17 janvier 1907 – 21 février 1995) et de Mildred Wilson Dean (15 septembre 1910 - 14 juillet 1940) d'origine indienne par sa grand-mère maternelle, James Dean naît à Marion (Indiana) le 8 février 1931. Sa naissance, six mois après le mariage de ses parents, est mal perçue dans cette petite ville de l'Indiana. Il se sent très proche de sa mère aimante, mais reste incompris par son père, froid et distant. Six ans après l'abandon du travail de la ferme par son père pour devenir technicien dentaire dans un laboratoire, sa famille part s’installer à Santa Monica en Californie. James entre alors à la public school du quartier de Brentwood à Los Angeles. Il y reste jusqu’à la mort de sa mère le 14 juillet 1940 d'un cancer du col de l’utérus. Il a alors 9 ans et, bien que son père l'ait préparé à cette disparition prématurée, elle le laisse dans un profond désarroi. Incapable d'élever son fils car il s'est endetté pour payer les traitements de son épouse, son père envoie James chez son oncle et sa tante, Marcus et Ortense Winslow à Fairmount, dans l’Indiana. James y reçoit une éducation quaker. Au lycée, il s’initie au théâtre et pratique le basket-ball, sa taille de 1,73 m ne l'empêche pas d'être un bon joueur, a contrario de sa myopie qui est pour lui un handicap. Après l'obtention de son diplôme en 1949, à 18 ans, il quitte Fairmount pour Los Angeles, où il rejoint son père qui s'est remarié. Il entre à l'Université de Santa Monica, puis à l’Université de Californie à Los Angeles. À cette époque il s’investit totalement dans le théâtre, malgré l'opposition de son père. James Dean quitte le domicile familial pour partager un appartement avec William Bast. Il vit alors de petits boulots tels que gardien de parking.

Carrière

James Dean commence sa carrière d’acteur en tournant dans une publicité pour Pepsi-Cola en 1950. Il quitte l’université pour se consacrer entièrement à sa passion de comédien et s'inscrit comme auditeur puis élève à des cours de comédie à l'Actors Studio de New York. Il rencontre à cette époque Rogers Brackett, directeur financier d'une agence de publicité et producteur de shows radiophoniques formé aux studios Walt Disney et aux côtés du producteur hollywoodien David O. Selznick. Dean a une liaison avec Brackett qui devient son mentor, le faisant tourner dans plusieurs publicités et lui ouvrant le monde de la télévision et du cinéma. Il apparaît dans différentes séries de télévision comme : Kraft Television Theater, Studio One, Lux Video Theatre, Danger, Robert Montgomery Presents et General Electric Theater.

Il joue également au théâtre où il connaît un succès immédiat à Broadway à New York, en interprétant le rôle du jeune arabe Bachir dans la pièce d’André Gide, L'Immoraliste. Ce rôle lui vaut le prix du jeune acteur le plus prometteur de l'année et lui ouvre les portes des studios de cinéma.
Sous contrat à la Warner Bros, Il tient de petits rôles dans divers films (où il n’est pas crédité au générique). C’est son rôle de Cal Trask dans À l’est d’Eden (1955) qui le rend célèbre et révèle tout son talent dramatique. Ce rôle lui vaut d’être nommé aux Oscars dans la catégorie meilleur acteur (première nomination posthume de l’histoire des Oscars). La même année, il enchaîne avec La Fureur de vivre, puis, un an plus tard, avec Géant, son troisième et dernier film important pour lequel il reçoit également une nomination aux Oscars dans la catégorie meilleur acteur.

Mort

Passionné de sports automobiles, James Dean a plusieurs victoires à son actif. Un de ses loisirs favoris était de traverser les rues de Los Angeles à tombeau ouvert, semant les voitures de police.
Le 30 septembre 1955, James Dean part participer à une compétition automobile au nord de la Californie. Il quitte Los Angeles tôt le matin au volant d'une Porsche 550 Spyder, avec son mécanicien, Rolf Wutherich. Durant le trajet, il est arrêté par un contrôle de police et reçoit une contravention pour excès de vitesse.

Venant de l'est sur la route 466 (actuelle route 46), James Dean roule déjà depuis presque quatre heures, en direction de Salinas. À un croisement proche de la petite bourgade de Cholame, un étudiant, Donald Turnupseed, qui conduit une Ford Sedan, arrive en face de lui et lui coupe la priorité. James Dean roule alors à 90 km/h. Deux policiers témoins de la scène ont évoqué le manque de visibilité, le véhicule de James Dean étant très bas. Les deux voitures se percutent de plein fouet, selon les deux policiers présents. Le passager de la voiture, Rolf Wutherich, heurte le tableau de bord avant d'être projeté hors de la voiture. James Dean, lui, est tué sur le coup, tandis que l'étudiant s'en sort avec quelques hématomes. Le décès de l'acteur est annoncé à 17 h 59, le 30 septembre 1955.

James Dean venait de terminer le tournage de Géant, durant lequel, ironiquement, une clause de son contrat lui interdisait les courses automobiles et les conduites dangereuses. Il avait tourné peu de temps avant un clip pour la prévention routière, incitant les gens à rouler prudemment.

James Dean est enterré au Park Cemetery à Fairmount dans l'Indiana. En 1977, un mémorial est érigé à Cholame, Californie, sur les lieux-mêmes de son accident. Il est composé d’une sculpture stylisée de béton et d’acier inoxydable, réalisée au Japon, commandée par Seita Ohnishi, qui a elle-même choisi l’endroit pour l’édifier. Les dates et heures de naissance et de mort de l'acteur sont gravées sur la sculpture, avec une de ses phrases préférées, tirée du Petit Prince : « L’essentiel est invisible pour les yeux ».

Vie privée

Sexualité

James Dean était vraisemblablement bisexuel. William Bast, son colocataire lorsqu'il était étudiant, est connu pour avoir été son amant à cette époque. Parmi les relations hétérosexuelles de James Dean, mises en avant par les studios d'Hollywood, on peut citer la danseuse Liz Sheridan, avec qui il a vécu à New York. Leur relation dura un peu plus d’un an. Celle-ci affirmera plus tard, dans sa biographie, que James Dean avait eu une relation avec le producteur Rogers Brackett. Il sort ensuite avec Geraldine Page, sa partenaire dans L'Immoraliste. Cette relation dure seulement trois mois, car James Dean doit partir pour le tournage de À l’est d’Éden. Il entretient aussi une relation avec l’actrice italienne Pier Angeli, qu'il rencontre sur le tournage de À l'est d'Eden, alors qu'elle tourne avec Paul Newman dans Le Calice d'argent. La mère de Pier Angeli s'oppose à cette relation : James Dean n'est pas croyant et elle ne supporte pas ses mauvaises manières, ce qui cause la rupture ; quelques jours plus tard seulement, on annonce les fiançailles de Pier Angeli avec le chanteur de charme Vic Damone. James vit également une courte relation avec l'actrice Maila Nurmi, qui sera l'une des premières à révéler sa bisexualité aux journalistes, ainsi qu'avec l'actrice Ursula Andress, sa petite amie au moment de sa mort.

Plusieurs films (en particulier The James Dean Story, 1957, James Dean and me, 1995, James Dean: a portrait, 1996) dépeignant la vie de James Dean gomment sa bisexualité. Dans les années 1950 et 1960, toutes les biographies de James Dean font de même, en raison de l'homophobie généralisée aux États-Unis à cette époque.

Dennis Hopper déclare dans le livre James Dean: Portrait of Cool de Leith Adams que contrairement aux allégations de certains de ses biographes James Dean n'aurait pas été homosexuel.

Héritage et postérité

James Dean est l’un des cinq acteurs à avoir été nommé aux Oscars dans la catégorie du meilleur acteur pour son premier rôle. Il est aussi le seul à avoir été nommé deux fois à titre posthume.
Précurseur du phénomène rock du milieu des années 1950 aux États-Unis, Les films L'équipée sauvage, Graine de violence et La Fureur de vivre furent parmi les premiers à évoquer au cinéma la rébellion des adolescents et à mettre en scène l'avènement d'une Amérique contestataire. Depuis la sortie de La Fureur de vivre, de nombreux adolescents dans le monde ont idéalisé James Dean, voyant en lui la représentation du mal-être de la jeunesse à l’époque. Son interprétation a surtout révélé son talent et bon nombre d’artistes parmi lesquels figurent Johnny Depp et Nicholas Cage affirment qu’ils ont été influencés par lui. Elvis Presley, qui affirma dans un entretien qu’il « espérait avoir une carrière similaire à celle du jeune acteur » connaissait toutes les répliques de ses films. Certains journaux ont comparé le jeune acteur River Phoenix à James Dean, non seulement pour son talent mais aussi du fait sa mort tragique à l'âge de 24 ans.

En trois films seulement, James Dean a marqué d'une trace indélébile le monde du cinéma.

Statut d'icône et impact sur la culture populaire

Quelques années après sa mort, sept mille lettres d'amour au nom de James Dean parvenaient encore quotidiennement au Warner Bros. Studios. Ses fans continuent d'écrire et de téléphoner aux chaînes de télévision pour que ses films soient rediffusés. Plus de cinquante fan-clubs se créent. Sa pierre tombale, régulièrement fleurie et recouverte de marques de rouges à lèvres (comme celle de Marilyn Monroe à Los Angeles), a été volée plusieurs fois. Les produits dérivés (photos, bustes, magazines plus ou moins fantaisistes, T- shirts, etc.) connaissent un grand succès.

En 1990, Michel Berger et Luc Plamondon écrivent la comédie musicale La Légende de Jimmy, inspirée par la vie de James Dean, (la première a lieu le 22 septembre 1990 au théâtre Mogador à Paris).

Un film récent, Life, d'Anton Corbijn (2015) était consacré aux relations entre Dean et le photographe de la revue Life, Dennis Stock (Robert Pattinsonà qui l'on doit la plupart des photos de l'acteur . Je n'avais pas du tout été convaincu par Dane DeHaan, l'acteur choisi pour incarner James Dean.   

Filmographie

  • 1951 : Baïonnette au canon (Fixed Bayonets!)   de Samuel Fuller : le GI Doggie 
  • 1952 : La Polka des marins (Sailor Beware) de Hal Walker : le second boxeur
  • 1952 : Qui donc a vu ma belle ? (Has Anybody Seen My Gal?) de Douglas Sirk
  • 1953 : L'Homme de bonne volonté ou Un homme pas comme les autres (Trouble Along the Way) de Michael Curtiz : un spectateur

James Dean, encore inconnu, n’est crédité au générique d’aucun de ces films.

  • 1955 :  À l’est d’Éden (East of Eden) d’Elia Kazan : Cal Trask        
  • 1955 :  La Fureur de vivre (Rebel Without a Cause) de Nicholas Ray : Jim Stark   
  • 1956 : Géant (Giant) de George Stevens :Jett Rink  [Film sorti après sa mort]        

Théâtre

On oublie aussi trop souvent qu'avant son éblouissante carrière au cinéma, James Dean joua très tôt (dès l’université) au théâtre.
  • 1952 : See the Jaguar
  • 1954 : L'immoraliste - d'après le livre d’André Gide
  • 1952 : The Metamorphosis - d'après la nouvelle de Kafka
  • 1954 : The Scarecrow
  • 1954 : Women of Trachis
[Cet article a été composé à partir de la biographie de James Dean publiée par Wikipedia]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vos commentaires, chers lecteurs, seront les bienvenus. Ils ne seront toutefois publiés qu'après modération et seront systématiquement supprimés s'ils comportent des termes injurieux, dans le cas de racisme, de caractère violent ou pornographique. Si vous souhaitez une réponse, n'envoyez pas un message anonyme mais laissez un nom ou un pseudo auquel je puisse vous contacter.